Vers un hôpital modulaire

0
658

Portakabin entreprise anglaise de bâtiments modulaires s’est exportée en France dans les années 70, apportant de nouvelles technologies architecturales dans le domaine de la santé. Avec la recrudescence de demandes d’espaces due à la pandémie du Covid-19, le bâtiment modulaire s’apparente à la solution dans l’air du temps.

Une alternative au bâtiment traditionnel, le bâtiment modulaire

Avec 11 agences locales, 5 centres techniques, une usine d’assemblage de 8000m2, et plus de 150 collaborateurs en 2020 en France, Portakabin, entreprise de bâtiments modulaires, peut  être considérée comme un des leaders du domaine. « En Angleterre,  Portakabin est presque devenu un acteur du bâtiment traditionnel », indique Cyril Petit-Masquelier, président de Portakabin France.

Même si l’entreprise touche à plusieurs domaines comme celui de l’éducation, elle se consacre également à celui de la santé avec plus de 250 clients. Elle propose des bâtiments à la location ou à la vente. Ils sont tous assemblés en France et certifiés aux normes ERP et de la santé. Salle d’attente, d’opération ou centre de dépistage, les hospitaliers ont l’embarras du choix.  

Afin de répondre à tous les besoins, Portakabin propose deux types de bâtiments modulaires : les bâtiments autonomes et bâtiments d’assemblages. « Les bâtiments autonomes Solus et Titan  ont des structures simples et sont utilisables en un seul module. Ils nécessitent seulement d’être raccordés aux réseaux électriques et  d’eau pour pouvoir être opérationnels », explique Thomas Basile responsable du bureau d’études et d’innovations de Portakabin  France. Les bâtiments autonomes vont de 7m2 à 67m2, « nous  avons les plus grands d’Europe », ajoute Anaïs Zuin, responsable du développement commercial pour le secteur santé de  Portakabin. 

Quant aux bâtiments d’assemblage, ils sont constitués de plusieurs modules. Ils permettent de créer des complexes plus ou moins grands, adaptés aux besoins. Avec la version Ultima, la surface démarre à 42 m2 et peut atteindre 12,2m de largeur sans poteaux intérieurs et une longueur infinie, ce qui permet un  aménagement libre.  

Portakabin propose également un nouveau produit dédié à la santé. La gamme de bâtiment d’assemblage Alta est certifiée M0 pour la résistance au feu, la rendant adaptée à tous les besoins dans les secteurs de l’éducation, de la santé, mais aussi de l’industrie. Elle offre également une hauteur sous plafond de 2,75 m, unique sur le marché. Cela permet d’y intégrer de nombreuses solutions de ventilation et flux spécifiques, par exemple pour les  blocs opératoires. 

« L’avantage du modulaire, c’est que sa réalisation est 50% plus  rapide que celle d’un bâtiment traditionnel, développe Anaïs Zuin. Surtout dans le domaine de la santé où la réactivité est essentielle ».  Autant que la rapidité d’exécution, l’adaptabilité est également  un point important : « On peut doubler ou tripler une surface car  nous pouvons empiler nos bâtiments », commente Thomas Basile.  90% des opérations sont conçues dans les ateliers de l’entreprise et seulement 10% sur le site client, « réduisant les nuisances  sonores et environnementales », appuie Cyril Petit-Masquelier.

Les projets sont réalisés via l’alliance des commerciaux,  responsables de secteur, directeurs d’études, de zone et les  clients. « Toute la structure est impliquée », précise Anaïs Zuin. « La commande est préparée sur un des parcs de l’entreprise avant d’arriver pour le branchement et l’assemblage sur le site  client. Un contrat de maintenance est intégré dans le forfait de  la prestation ». 

Une solution adaptée aux hospitaliers 

Plusieurs hospitaliers ont fait le choix de miser sur Portakabin  et sur la qualité de ses bâtiments. C’est le cas de Philippe Eychman, responsable des services techniques de l’hôpital Saint-Camille : « Nous  avons décidé d’externaliser notre partie administrative ». Cette  solution a été envisagée afin d’éviter des travaux au sein de  l’hôpital. Après un appel d’offre lancé en juin et une sélection  de l’entreprise en octobre, « tout a été très vite et nous avons reçu  les clefs du bâtiment en mars de l’année suivante, raconte Philippe  Eychman. Il n’y a eu qu’un mois de construction réelle et seulement trois jours où nous avons dû gérer les camions. L’impact sur  notre activité hospitalière a donc été limitée. »

Dans ce bâtiment  de 600m2 sont intégrées toutes les technologies nécessaires : « nous avons pu insérer les nouvelles réglementations comme le RT2012 à l’époque. Nous disposons également de la climatisation et du chauffage, souligne Philippe Eychman. « Le confort  est le même que dans un bureau traditionnel, avec un délai de  construction réduit».  

« En 2020, avec la pandémie de Covid-19, nous avons vu une re configuration de la demande », ajoute Cyril Petit-Masquelier. C’est  à cause de cette restructuration des besoins liés à la santé que Jean-François Sieron, directeur des achats et des ressources  matérielles pour le Groupement Hospitalier Caux-Maritime,  a fait appel à Portakabin. Les besoins du centre hospitalier  (Dieppe) étaient liés à la Covid-19 : ils manquaient de place pour créer un centre de dépistage.

« Nous avons dû rendre, pour la rentrée de septembre, des bâtiments qui nous avaient été prêtés », explique Jean-François Sieron. Après le lancement du projet par Portakabin, le 7 juillet dernier, la première partie de la construction a été mise en œuvre fin août afin que les bâtiments soient  prêts pour la rentrée. « Même avec un délai très court, tout a été  précisément respecté. Les bâtiments ont été installés en une jour née, et raccordés dès le lendemain ». Situé à l’entrée de l’hôpital et  disposant d’un accueil simplifié, « le bâtiment répond vraiment  aux besoins des personnes prises en charge par nos équipes de soins »,  conclut Jean-François Sieron. 

Si les clients sont satisfaits de ces solutions modulaires, c’est  parce que Portakabin se trouve « sur le marché de la qualité et  du confort », explique Anaïs Zuin. Si en Angleterre, des hôpitaux sont déjà construits en 100% modulaire, l’aventure pourrait se poursuivre en France. « La crise de la Covid-19 nous a montrés  qu’il y avait un besoin d’espaces dédiés à la santé », ajoute Anaïs Zuin. « Le modulaire est une solution ».  

Camille Poilvet 

Contactez SIH Solutions

Laisser un commentaire