PDA, l’automatisation et la digitalisation au cœur de l’observance thérapeutique

0
54

Entreprise française créée par une équipe passionnée, My Pill Dose s’attelle depuis 2012 à développer des offres logicielles et robotiques pour accompagner les Ehpad, les soins infirmiers à domicile, les centres médicaux-sociaux et les officines dans l’automatisation de leur chaîne PDA.

 

La France compte environ vingt millions de patients chroniques*. Vingt millions de personnes qui, chaque jour, doivent recevoir un traitement précis en toute autonomie, administré par une infirmière libérale ou en milieu hospitalier. Des patients chroniques dont le taux de mauvaise observance des traitements avoisine les 20 %, entraînant une détérioration systémique de la qualité de vie et des hospitalisations nombreuses. C’est à cette problématique que répond la PDA et l’automatisation de cette technique. Pour optimiser cette partie chronophage du travail des professionnels et notamment du pharmacien (non rémunéré pour cet acte, ndlr), My Pill Dose a développé une série d’outils. Pour les automates de production (le Tosho ©) d’abord, ainsi qu’une suite de logiciels allant de la distribution et la consultation des historiques (D-Dose ©), la production (Filia ©), la planification (P-Dose ©), le déconditionnement (E-Dose ©), jusqu’à une technologie de validation photographique de la production des sachets-doses pour remplacer la vérification manuelle (OpillVision ©).

 

Pharmacienne spécialisée dans la PDA à la pharmacie du Château (Castries), Amandine Casino a accompagné la transition de son officine avec My Pill Dose, il y a maintenant trois ans. La partie PDA de la pharmacie disposait alors de 600 résidents, divisés en un Ehpad et en foyers médicalisés avec peu de PDA comptoirs. « Nous travaillions à l’époque avec plusieurs logiciels de PDA. Il était toujours compliqué de communiquer avec les entreprises quand nous avions un problème. Le travail de gestion et de suivi des ordonnances nous prenait énormément de temps. Nous nous sommes alors tournés vers My Pill Dose et nous avons apprécié leur manière de travailler, l’intuitivité des solutions et le gain de temps apporté par leurs outils. », explique la pharmacienne. Aujourd’hui, la pharmacie de Castries fonctionne avec seulement trois préparateurs PDA contre le double avant la collaboration avec My Pill Dose, leur permettant même l’arrêt des robots quatre demi-journées par semaine contre une utilisationen continu.

 

LA PLANIFICATION ; LE CŒUR D’UNE PDA OPTIMUM

 

L’outil phare de l’entreprise, selon sa fondatrice, Elena Fernandez, est P-Dose ©. « Notre logiciel de planification est l’outil central, celui qui permet le meilleur gain de temps aux pharmaciens. On y retrouve toutes les informations de traitement, celles des établissements et des patients. Il est en lien direct avec les Ehpad et les tablettes de distribution des infirmières. Il surveille toute la chaîne, de la prescription à la délivrance du médicament. », décrypte la fondatrice. « Le point fort de P-Dose ©, c’est d’avoir une gestion des événements globale. Nous avons inclus un calendrier qui mémorise toutes les échéances des ordonnances, des alertes pour chaque changement de traitement ou encore la photo de tous les médicaments jointe à chaque dossier patient pour éviter les erreurs », développe Elena Fernandez.

 

À L’Ehpad de La Jolivade, qui compte 63 résidents, cela fait trois ans que les équipes utilisent D-Dose ©. « Le matin, l’infirmière entre son code d’accès sur le chariot et commence sa tournée en synchronisant l’ordinateur. Nous décrochons ensuite les sachets de médicaments en filtrant étage par étage et vérifions leur contenu. Chaque fois qu’un traitement est administré, la photo du résident disparaît et nous visualisons plus que ceux qui n’ont pas encore été traités. Si jamais un changement de traitement est à faire, un rouleau complémentaire est produit dans la journée par la pharmacie et sera livré directement à l’Ehpad. L’infirmière, de son côté, en est tout de suite informée sur la tablette, grâce à une mise à jour automatique. Les taux d’erreur et de gaspillage sont donc très faibles » témoigne Christelle Goudet, infirmière cadre à La Jolivade. L’entreprise pense à tout, également côté fabricant, en incluant un outil de gestion des commandes et des ruptures de stock dans ses logiciels. « Il y a aujourd’hui de grosses ruptures de médicaments. P-Dose © gère la rupture d’une molécule et modifie les plans de traitement pour la production des sachets avec une molécule équivalente en mettant les informations à jourautomatiquement. », continue Elena Fernandez.

 

Travaillant dans le secteur de la pharmacie et de la PDA depuis 2009, et consciente de leurs enjeux avant de monter son entreprise, Elena Fernandez souhaite faire de My Pill Dose un véritable outil de terrain. « L’enjeu sous-jacent de la PDA, outre le gain de temps pour les établissements de santé, est le maintien à domicile. Les pharmacies doivent jouer un rôle essentiel, comme les cabinets d’infirmières et les SSIAD (Services de soins infirmiers à domicile). Pour ça, il faut aussi qu’ils soient (les pharmaciens) valorisés et reconnus pour leur travail. » conclut Elena Fernandez. En effet, aujourd’hui encore, les pharmaciens ne sont pas rénumérés pour les actes de PDA et demandent une reconnaissance active de cette partie de leur activité. Activité pourtant essentielle à la collectivité, car permettant une meilleure observance des traitements, la diminution proportionnelle des hospitalisations, et par conséquent, éviter les coûts engendrés à une mauvaise observance thérapeutique.

*Cartographie médicalisée des dépenses de santé pour 2017, (CNAM)

 

Carla Bernini

MyPillDosePDF

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici