L’IA anticipe les flux des urgences au CH de Valenciennes

0
1312

Les urgences hospitalières répondent à un besoin d’immédiateté car elles ont vocation à prodiguer des soins dans les plus brefs délais. Pour cela, il lui faut adapter ses ressources matérielles et humaines aux flux de patients.

 

Afin d’endiguer ce problème, l’hôpital de Valenciennes utilise l’Intelligence Artificielle développée par CALYPS. En effet, celle-ci inclutun algorithme permettant de prévoir le nombre d’admissions à la journée afin de répondre au mieux et le plus rapidement possible aux besoins des nouveaux arrivants.

 

« Le CH de Valenciennes est aujourd’hui capable d’anticiper la veille pour le lendemain le nombre de patients par tranche horaire, sur un certain nombre de spécialités et, pour chacune d’entre elles, estimer la sévérité des futurs cas. Tout cela avec un taux d’exactitude des prédictions supérieur à 90% » indique Frédéric André, Directeur technique du système d’information.

 

En effet, l’IA – développée par l’éditeur CALYPS – est en mesure de prédire sept jours à l’avance le nombre d’admissions aux urgences et les hospitalisations qui en découlent. Elle détermine également les besoins en lits et les durées de séjour associées. CALYPS permet ainsi d’optimiser le planning des équipes, de fluidifier les liaisons avec les services en aval et d’anticiper les besoins techniques (médicaments, laboratoire, imagerie…).

 

« Deux phases bien distinctes sont déterminantes. », explique Tony Germini, Directeur Général de CALYPS, « La première consiste à charger les données de la veille afin de les croiser et les comparer avec nos statistiques, et la deuxième se doit d’intégrer les informations des six derniers mois de l’hôpital.  Il est important d’aller progressivement dans l’ajout des données afin de toujours contrôler la véracité des statistiques émises. »

 

L’algorithme prend également en compte les informations anonymisées internes à l’hôpital. Puis, au fil des semaines, il ajoute des données extérieures liées à l’environnement géographique où il est implanté, telles que la prise en compte des congés scolaires, ou les événements festifs et sportifs.  « Prévoir le nombre d’admissions permet ainsi d’adapter les besoins humains et matériels des urgences », ajoute Antoine Maisonneuve – Chef de service des urgences du CH de Valenciennes -, « Cela permet aux équipes d’être déployées au bon moment et de ne pas manquer de ressources. »

 

Il est important de souligner que le CH de Valenciennes s’est positionné très tôt sur l’innovation, qui est un axe stratégique fort et prioritaire de son projet d’établissement 2018 – 2023. « Il est primordial de ne pas restreindre le champ de l’innovation à la technologie, », poursuit Rodolphe Bourret – Directeur Général du GHT et du CH de Valenciennes -, « mais aussi d’intégrer un ensemble de novations à même de porter deux objectifs synergiques : optimiser la qualité des prises en charge des patients et promouvoir la qualité de vie au travail. »

 

« La France compte à ce jour 136 GHT conçus pour offrir un service de proximité et assurer une égalité dans les soins sur l’ensemble du territoire. », précise Philippe Castets – Directeur du système d’information et de l’innovation pour le GHT -, « Le GHT du Hainaut-Cambrésis a pour centre le CH de Valenciennes et ses onze établissements. ​En juin 2020, seront intégrés les CH de Denain et de Fourmies. En décembre 2020, le CH du Quesnoy et de Saint-Amand-les-Eaux. Le dernier volet est prévu pour décembre 2021, avec l’intégration des CH de Maubeuge et de Cambrai. »

 

L’avantage de l’Intelligence Artificielle est qu’elle ne nécessite pas d’installation spécifique en milieu hospitalier. L’établissement n’a pas eu besoin de réaliser d’acquisition particulière puisque la solution fonctionne en mode hébergée par le fournisseur et utilise des données déjà présentes dans le Système d’Information. « Il a juste fallu installer une machine virtuelle serveur pour l’anonymisation des données et crypter les échanges avec la société. », confirme Antoine Maisonneuve, « Il est indéniable que cette solution réduira la pénibilité pour les équipes car celles-ci savent qu’avec une prédiction adéquate (volumétrie des patients, pathologies, ressources nécessaires), le service peut mobiliser les effectifs à la hauteur des besoins, diminuant ainsi grandement les tensions liées à la charge de travail. »

 

S’inscrivant dans un projet d’innovation, l’Intelligence Artificielle agit par conséquent comme un membre actif du milieu médical. Dans l’avenir, elle s’imposera comme une référence pour la gestion des urgences de l’ensemble des établissements de santé.

 

Léa Grandin

Laisser un commentaire