La médecine de précision : une approche ciblée des maladies permises par l’IA

0
106
Cofondatrice du symposium, et professeur de Biologie clinique et moléculaire à la Faculté de Médecine de l'Université de Rouen Crédit photo : DR

La médecine de précision, un modèle médical qui propose la personnalisation des soins de santé, pourrait bien s’imposer comme le modèle de demain, et reléguer les anciennes méthodes au second plan.

 

En effet, cette nouvelle approche médicale utilise les données biologiques, cliniques, environnementales ou sociales du patient pour mieux connaître la probabilité de développer des maladies ou le traiter le cas échéant. Ainsi, il ne s’agirait plus de donner le même médicament aux patients communément atteints d’une maladie, mais de calibrer le traitement en fonction des caractéristiques de chaque individu. Une approche ciblée, donc, permettant de délivrer des mesures préventives plus efficaces, d’affiner les diagnostics, et de personnaliser les traitements. Dans cet esprit de possibilités infinies, une deuxième édition du Symposium International P2M “Pathways to Precision Medicine’’ est organisée les 24 et 25 mars 2022 au Campus Santé de Rouen.

 

Soutenu par l’UFR Santé de Rouen et le CHU de Rouen, cet évènement réunira des leaders internationaux dans les différents domaines d’expertise de la médecine de précision. Son objectif sera de sensibiliser la communauté médicale et scientifique et les responsables institutionnels aux opportunités et aux défis de la médecine de demain.

 

“Le message que j’aimerais porter, c’est que la médecine de précision n’est pas quelque chose de futuriste, ne concernant qu’une partie des cancers, ou de la génétique. Je suis intimement convaincue que nous pouvons utiliser les données dont nous disposons déjà dans beaucoup de domaines, car nous ne les exploitons pas pleinement. Avec l’aide d’outils numériques et informatiques avancés, nous pouvons en extraire des informations utiles”, explique Soumeya Bekri, cofondatrice du symposium, et professeur de Biologie clinique et moléculaire à la Faculté de Médecine de l’Université de Rouen. Elle dirige également un laboratoire de biochimie métabolique. “Notre objectif est de dépister de la manière la plus précoce possible les maladies héréditaires du métabolisme.

 

J’ai pu constater qu’il y en a un grand nombre qui peuvent être traitables si on les repère suffisamment tôt, voire sans aucun effet dans les cas où on fait une diagnostic avant les premiers signes cliniques. Par ce biais, j’en suis arrivée à la médecine de précision, et à l’importance de l’IA dans l’évolution du médical. Et cela vaut pour toutes les pathologies, qu’elles soient rares ou communes.”

 

Les nouvelles technologies, utilisées notamment en biologie et en radiologie, permettent de générer un volume très important de résultats qu’il est difficile d’analyser pour un cerveau humain, tandis qu’un outil numérique avancé pourra repérer des correspondances, faire des liens entre ces données pour en tirer des informations utiles.

 

En éliminant des tâches chronophages et automatisables, l’IA permettra aux médecins de se concentrer sur les soins du patient et leur relation s’en trouvera donc améliorée. “Grâce à l’IA, on peut prévoir des trajectoires de patients et savoir quelles sont les données qui vont l’influencer afin de l’améliorer. Le patient est aussi remis au cœur du dispositif dans le parcours de soin, car ce concept va lui permettre de se responsabiliser dans son suivi”, estime Soumeya Bekri.

 

011SIHMAGv40-9

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici