Chez le diabétique, l’insuffisance cardiaque dépistée via une simple prise de sang

0
16
Laura Halle Chef produits biomarqueurs Roche Diagnostics France
En France, environ un million de personnes souffrent d’insuffisance cardiaque. Cette maladie chronique est la principale cause d’hospitalisation des personnes âgées de plus de 65 ans. Chez les patients diabétiques à risque cardiovasculaire, son dépistage précoce est désormais possible grâce à un examen sanguin dosant une protéine spécifique, nommée NT-proBNP.

Secrétée par le cœur, le NT-proBNP est une protéine dont le taux augmente en cas d’insuffisance cardiaque. Un simple prélèvement sanguin permet de la doser. En pratique courante, l’intérêt de cet examen n’est pas négligeable. Un taux élevé de NT-proBNP permet, par exemple en cas de suspicion d’insuffisance cardiaque aigue, d’orienter l’urgentiste vers une cause cardiologique plutôt que pulmonaire pour une prise en charge plus spécifique. « Le biomarqueur NT-proBNP est utilisé depuis de nombreuses années dans le cadre du diagnostic et du suivi des patients insuffisants cardiaques. Depuis 2020, ce test de Roche Diagnostics bénéficie d’une nouvelle indication : il peut être utilisé pour aider à évaluer le risque cardiovasculaire chez le patient diabétique de type 2(DT2) asymptomatique mais à haut risque de développer des maladies cardiovasculaires (diabète déséquilibré, patients présentant des comorbidités : hypertension artérielle, obésité, maladies rénales, cancers…», souligne Laura Lallé, responsable marketing (biomarqueurs cardiovasculaires) chez Roche Diagnostics.

 

UNE AIDE AU DIAGNOSTIC

 

Les patients diabétiques ont deux fois plus de risque de présenter une insuffisance cardiaque que les non diabétiques. Toutefois, les personnes vivant avec un DT2 ont peu de signes cliniques évoquant un risque de développer cette maladie chronique ou, ceux-ci peuvent ne pas être spécifiques. Un test sanguin dosant le NT-proBNP permet de prédire un risque de développer une insuffisance cardiaque chez ces patients. « Un taux de NT-proBNP inférieur à 125 pg/ml a une valeur prédictive négative très bonne. Un taux supérieur à 125 pg/ ml doit inciter le patient à consulter un cardiologue pour confirmer la suspicion d’insuffisance cardiaque », indique Laura Lallé. En effet, le biomarqueur NT-proBNP est une aide au diagnostic : il doit être complété par des examens complémentaires tels que l’électrocardiogramme (ECG), la radiographie du thorax et l’échocardiographie cardiaque.

 

DÉPISTER POUR MIEUX TRAITER

 

L’insuffisance cardiaque est une pathologie de plus en plus émergente chez les DT2 : contrairement aux autres événements cardiovasculaires, sa fréquence n’a pas diminué ces dernières années. « Nous avons la volonté de dépister cette maladie chronique mortelle chez les diabétiques, depuis de nombreuses années. Mais jusqu’ici, nous ne le faisions pas car en cas de dépistage positif, nous ne disposions pas de stratégie thérapeutique pour les patients », affirme le Pr Michel Galinier, chef de service de cardiologie au CHU de Toulouse.

Aujourd’hui la donne a changé. De nouvelles molécules développées initialement pour leurs qualités hypoglycémiante- les inhibiteurs du SGLT2 – ont montré des vertus sur la réduction du risque d’hospitalisation pour insuffisance cardiaque. Les diabétologues et les cardiologues les utilisent depuis environ deux ans. « Rechercher un risque d’insuffisance cardiaque chez une personne vivant avec un DT2 est pertinent et bénéfique d’autant que les solutions thérapeutiques pour protéger contre l’insuffisance cardiaque existent. Cette cardioprotection est d’ailleurs effective dès le début du traitement », assure le Pr Emmanuel Cosson, chef du service d’endocrinologie, diabétologie et nutrition de l’hôpital Avicenne (Bobigny) et Jean Verdier (Bondy).

 

UN BIOMARQUEUR PEU UTILISÉ PAR LES SPÉCIALISTES

 

Le NT-proBNP a également une valeur prédictive des événements cardiovasculaires au sens large. Il ne permet pas seulement de dépister une insuffisance cardiaque « En présence d’un taux anormalement élevé de NT-proBNP, il faut donc être vigilant, ne pas se focaliser sur le risque d’insuffisance cardiaque. Il faut rechercher tous types de pathologies cardiovasculaires », confie le Pr Cosson. Outil très utile et peu coûteux, le dosage de la protéine NT-proBNP reste peu connu et peu utilisé par les diabétologues et les cardiologues. Un travail de formation et d’information est nécessaire pour les sensibiliser à l’importance du recours à ce test. « A l’avenir, il faudra mieux organiser le dépistage de l’insuffisance cardiaque chez le diabétique. Autrement, le diabète deviendra la cause principale de l’insuffisance cardiaque, notamment à cause de l’augmentation de la prévalence de l’obésité dans le monde », conclut le Pr Galinier.

 

Hélia Hakimi-Prévot

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici