Le CH Eure-Seine, améliore le bien-être de ses patients tout en facilitant l’organisation des brancardiers

0
905

Patrice Large, directeur du système d’information du centre hospitalier Eure-Seine.
Patrice Large, directeur du système d’information du centre hospitalier Eure-Seine.

Les solutions d’Ascom fluidifient le parcours patient du CH Eure-Seine.
A l’occasion du déménagement de leurs anciens locaux vers un établissement tout neuf, le centre hospitalier Eure-Seine, qui regroupe les hôpitaux d’Evreux et Vernon, a totalement réorganisé l’organisation de son service de brancardage et sa logistique des transports de personnes au sein de l’établissement grâce aux solutions d’Ascom, spécialiste en solutions applicatives métiers dans le domaine de la santé.
Retards, informations confuses et répartition inégale de la charge de travail ne sont que quelques-uns des nombreux aléas que l’ancienne organisation du CH Eure-Seine générait au quotidien, en impactant  à la fois les équipes de brancardage, les patients et le personnel soignant de l’hôpital.
Des ordres de course sur les combinés mobiles !
Alors qu’auparavant, le service de brancardage s’appuyait sur une solution entièrement manuelle à base de bons manuscrits que les brancardiers venaient récupérer auprès du service de régulation, les trente brancardiers du centre hospitalier reçoivent désormais directement leurs ordres de course sur leur combiné mobile, et cela en fonction de leur disponibilité et de leur proximité géographique du service dans lequel doit se faire la prise en charge du patient. Avec cette nouvelle solution Ascom, le brancardier déclenche sa course grâce à une simple impulsion sur son smartphone, et fait de même lorsque cette dernière est terminée, afin d’informer le régulateur de sa disponibilité.
Il suffit aujourd’hui de trois clics pour attribuer et confirmer une course !
Déployée en 2014, la solution de brancardage Mercury d’Ascom est très flexible et permet d’effectuer des changements en temps réel qui seront transmis sur le terminal applicatif mobile du brancardier concerné. Patient pas encore prêt, changement de service, prise en charge d’un autre patient, la transparence et la réactivité de la solution permettent de gagner un temps précieux et d’assurer la meilleure coordination possible entre les services, ainsi qu’une égale répartition du nombre de courses par brancardiers. Un bénéfice non négligeable notamment lorsque l’on prend en compte les distances très importantes à parcourir au sein du CH Eure-Seine, composé de plusieurs sites et bâtiments.
Dorénavant, les temps d’attente pour les patients et les retards sont réduis au minimum, ce qui permet une meilleure planification de l’utilisation des équipements coûteux des plateaux techniques et autres blocs opératoires et salles de radiologie.
Il n’y a surtout plus aucun risque de confusion sur l’identité éventuelle du patient dont le dossier a été récupéré automatiquement. L’interfaçage de la solution de brancardage et des dossiers patients informatisés renforce l’organisation interne de l’hôpital et plus particulièrement l’amélioration de soins et le ressenti patient.
Les patients se sentent considérés comme des personnes à part entière, avec un personnel à leur service, et non  plus la sensation d’être juste une « course » véhiculée d’un point à un autre. La personnalisation du service et son adaptabilité, en supprimant les erreurs de routage et en minimisant les éventuels retards font que le transport n’est plus identifié par le patient comme un moment déshumanisant voire humiliant mais au contraire comme un moment ou sa qualité de patient est reconnue et prise en considération. Cela est également extrêmement revalorisant pour les brancardiers dont la fonction est parfois déconsidérée. » Explique Patrice Large, le directeur du système d’information du centre hospitalier Eure-Seine
Autre bénéfice, des statistiques et résultats d’analyses peuvent être édités et visionnés en temps réel par le régulateur qui dispose d’une vue à 360 degrés de l’activité de ses équipes et de la juste répartition des tâches.
ROI : une économie réalisée sur un surcroît d’activité qui représente jusqu’à 200 000 euros par an.

Laisser un commentaire