L'encadrement en quête de reconnaissance identitaire

0
942

Renaud SAINSAULIEU définie l’identité au travail comme « la façon dont les différents groupes au travail s’identifient aux pairs, aux chefs, aux autres groupes (…) fondée sur des représentations collectives distinctes ».  Il n’existe pas, à ce jour, suffisamment de « d’espaces de réflexions collectives » des Cadres soignants dans les hôpitaux pour donner une posture représentative forte. Le Rapport de Chantal De Singly sur « Les cadres hospitaliers » (2009) met bien en évidence ce besoin de représentativité. Cela fait partie des dynamiques sociales de reconnaissance des individus au travail (un besoin de se définir par l’identification a une communauté d’appartenance, fortement intégrative pour ses membres).
Claude DUBAR, sociologue et spécialiste des questions relative à la sociologie des professions, précise que cette identité sociale apporte une certaine reconnaissance des savoirs, légitime les compétences individuelles et narcissise l’image de soi. Cette valorisation est à corréler avec le statut professionnel, la catégorie sociale et d’autres formes de reconnaissances, pouvant d’ailleurs entrer en conflit.
De plus, la construction d’une identité professionnelle se définit, selon SAISAULIEU, par un langage, des normes, valeurs, une histoire, un processus de socialisation et une culture au travail. Elle passe également par la qualification, la compétence, la culture professionnelle dans le champ de sa rhétorique professionnelle. Les Cadres ne disposent pas d’un socle identitaire suffisamment fort pour s’appuyer sur une « déontologie, des processus sociaux, des rapports de pouvoir et d’identification, une solidité des conduites collectives de classe, un groupe socioprofessionnel».
Pourtant, cette Identité se reconstruit dans les ressources du Pouvoir, notamment dans « le modèle de négociation » décrit par SAINSAULIEU, dans lequel vont s’inscrire les Cadres moyens et supérieurs. Selon les interactionnistes, elle valorise leur métier qui est une réalité sociale riche où l’on maîtrise la communication par la rhétorique professionnelle.
Mais, cette perception aux contours floues de l’identité du Cadre intermédiaire conduit à pervertir le rapport entre l’Identité sociale virtuelle et l’identité sociale réelle définie par Claude DUBAR.

Jean-Luc STANISLAS,jean-luc-stanislas
Cadre Supérieur de Santé, (93)
Consultant Leadership
Blog MMH « Management en Milieu Hospitalier »
Auteur « Le management stratégique des cadres hospitaliers en mutation », Editions Universitaires Européennes, Mars 2016
E.Mail : jlstanislas@aol.com
Profil LinkedIn
Master « Economie, Gestion et Management de la Santé »
Université Paris-Dauphine

Laisser un commentaire