Interview avec M. Christophe Segouin. Président du syndicat des départements de l’information médicale

1
958

c-segouin
La moitié des médecins DIM en difficulté dans leur travail

Christophe Segouin, président du Syndicat des départements de l’information médicale (Sdim) revient pour sih-solutions sur le malaise des médecins DIM.

Quelles sont les conditions de travail actuelles des médecins DIM ?

Elles ne font que se dégrader depuis dix ans. Dans l’enquête que nous avions menée l’année dernière, la moitié de la profession se disait déstabilisée et 12% des médecins DIM se disaient même déstabilisés de façon très importante. Un certain nombre d’entre eux sont en dépression, et ce, sur toute la France. D’autres démissionnent ou se font démissionner.

A quoi cela est-il dû ?

La pression des directions des affaires financières devient de plus en plus forte. L’activité augmente mais le tarif par séjour diminue donc les directions voient une marge de manœuvre dans l’application et le contrôle du codage, qui doit être de plus en plus précis, au millier d’euro près. Elles demandent également des missions élargies aux médecins DIM, que ce soient des statistiques et la comparaison à l’environnement de l’hôpital. Or cela requiert des connaissances que tous les médecins DIM n’ont pas reçues dans leur formation initiale ou n’ont pas eu l’opportunité d’acquérir au cours de leur activité.

Quelles sont vos inquiétudes face au projet de décret sur les médecins DIM ?

Le projet du premier semestre officialisait le recours à des sociétés extérieures pour le codage, alors que si l’on donnait les moyens, techniques et humains, aux médecins DIM, il n’y en aurait pas besoin. Leur intervention se fait aujourd’hui en violation du secret médical, car ils ne sont pas habilités à accéder au dossier médical nominatif. De plus, les médecins DIM sont systématiquement obligés de contrôler le codage proposé (parfois critiquable) car ce sont eux qui sont responsables devant l’assurance maladie. Nous attendons le projet révisé que nous a promis le Ministère.

Propos recueillis par Gaëtane Rohr.

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire