Big Data, Chef d'Orchestre de l'Écosystème de Santé

0
927

big-dataHEALTHINNOV communique les résultats d’une étude observationnelle du Web sur 6 Mois

« Big Data, Chef d’Orchestre de l’Écosystème de Santé »
Discussion autour de 6 mois d’observation du web

Résumé
L’observation de 6 mois de remontées du web menée par HealthInnov met en lumière la dynamique d’un écosystème de santé qui s’organise autour d’alliances inédites et nourrit les espoirs d’une prévision économique forte du Big Data en réponse au besoin de maîtrise des coûts de santé publique et hospitalière en particulier. Acteurs traditionnels de la santé, du digital, assureurs, universitaires, communautés et agences  gouvernementales s’associent pour construire ensemble la nouvelle médecine dite des 4P : « prédictive, préventive, de précision et personnalisée ». La recherche essentielle de nouveaux business models se fait au fur à mesure, en plein boom des applications et des usages. Si les maladies chroniques cancers et diabète en tête concentrent les efforts, l’infectiologie, les maladies mentales, rénales, certaines communautés comme les enfants, les femmes ou les vétérans aux Etats-Unis font l’objet d’attentions particulières. Au-delà des pathologies et des communautés de patients, le Big Data trouve son application sur le champ des relations médecins patients offrant plus de services, de coordination et de fluidité. Bien sûr, des limites liées aux usages, à la technologie et  mais aussi aux hommes (réticence, manque de stratégie ou de compétences) se font jour. La capacité des acteurs à les dépasser ne fait aucun doute aux vues des efforts et initiatives recensées. Le seul vrai danger demeure celui de la confiance autour de la vie privée et l’utilisation potentiellement abusive des données. Le législateur s’efforce mais semble parfois dépassé par la réalité. Les prises de parole sont nombreuses sur le terrain du Big Data et de la Santé mais pourraient encore s’amplifier. Professionnels de santé et patients ont du mal à s’affirmer dans un monde ou la communication est trustée par les géants industriels y compris sur les médias sociaux aujourd’hui utilisés de façon professionnelle.

Actualité et objectifs de l’étude

Jeudi 3 décembre 2015, HealthInnov et ses partenaires Netvibes (groupe Dassault Systèmes) et EEIE (Ecole Européenne d’Intelligence Economique) partagent les premiers résultats de 6 mois d’observation du web sur le Big Data en Santé. Il s’agit de dresser un état des lieux et un diagnostic dynamique, identifier les mouvements, les freins et les moteurs d’un secteur qui démarre sa révolution portée par un véritable engouement. L’actualité du 20 juin au 30 novembre 2015 jalonnée de près de 30 000 publications sur le web est passée au crible de l’analyse automatique et humaine.

Enseignements

9 enseignements clé ressortent de cette étude d’observation du web :

  1. Big Data Santé sur la Rampe de Lancement ?
  2. Des Enjeux bien Identifiés
  3. Le Boom des Applications et Usages
  4. Une Mobilisation sans Précédent
  5. Une Réorganisation complète de l’Ecosystème de Santé
  6. Des barrières Conscientes
  7. Une affinité timide entre Big Data et Dossier Médical ou Objets Connectés Santé
  8. Dossier Médical, des Progrès Attendus
  9. Objets connectés Santé, la France en Tête

 

Signaux forts, signaux faibles

Des signaux forts et faibles émanent d’une lecture critique des pics conversationnels analysés confortant celle de 375 articles sélectionnés au quotidien pour leur richesse de contenu.
Les signaux forts, ceux qui ressortent d’une façon constante sur la période analysée se centrent sur les points suivants :

  • La croissance du marché est unanime même si le manque d’homogénéité des données émanant des plus grands cabinets de conseil rend la comparaison prédictive difficile.
  • Le Big Data en Santé apparait comme une priorité stratégique pour les entreprises du digital qui poussent leurs solutions par une communication appuyée sur le web.  Les médias sociaux comptent pour 70%, Twitter en tête dans les publications prenant le relais sur d’autres médias et de la presse. La quasi-totalité des utilisateurs de twitter sur « Big Data et santé » sont des connaisseurs et/ou professionnels du secteur et 1/3 d’entre eux twittent toutes les semaines.
  • Le problème de confiance numérique constitue un vrai frein et un danger que le législateur a du mal à maîtriser et encadrer, internationalisation, divergences de vue entre la France et l’Europe par exemple, délai dans la réflexion et les actes.
  • Les partenariats et alliances stratégiques qui se nouent entre toutes les catégories d’acteurs sont certainement la clé vers de nouveaux business models tant au niveau du big data (stockage, structuration et analyse des données) que de sa mise en œuvre au service de la recherche médicale, des populations et de leur état de santé (nouveaux services, encouragement de nouveaux comportements, amélioration des soins, de la sécurité des patients et des traitements, management des populations et prévention des risques)
  • Les nombreuses solutions, expérimentations sur chaque étape du cycle des Datas mais aussi sur les produits et services rendus possibles grâce au Big Data devraient apporter les solutions pour dépasser de nombreuses limites actuellement observées et nous permettre de progresser encore dans notre connaissance, nos capacités et notre savoir-faire pour développer la puissance des Datas et leur potentiel à créer de l’innovation.

Les signaux faibles, ceux qui apparaissent ponctuellement au cours de l’étude, laissent émerger :

  • Un besoin d’améliorer encore les technologies de collecte des datas
  • Un taux d’équipement des professionnels de santé en terminaux mobiles qui reste faible
  • Une difficulté à certifier les outils qu’il s’agisse des dossiers médicaux électroniques ou

d’objets connectés en santé et parfois un manque de volonté des fournisseurs à rentrer dans le cercle de la certification

  • Un manque d’efficience des outils (interopérabilité pour dossier médical électronique, fiabilité des objets connectés en santé) freine le développement de leur utilisation et par conséquence celui des bénéfices attendus du big data en santé
  • Nous en sommes encore au stade d’une sous-utilisation du big data en santé. Un jour viendra où big data, objets connectés, dossier médical ne feront qu’un mais ce jour est encore loin. L’affinité observée sur la période analysée entre big data et dossier médical ou objets connectés en santé est bien faible. Les dynamiques et les actualités ne sont que très faiblement liées. A la question de savoir d’où viendra le plus fort élan, la réponse est totalement pays dépendante ! La France connait une vraie particularité et une politique pour le moins volontariste sur les objets connectés. Elle occupe le devant de la scène en termes d’activité des entreprises dans ce domaine, de soutiens politiques et financiers mais attention à ne pas créer une bulle d’activité et de communication qui ignore les difficultés rencontrées par l’utilisateur ou ne prenne pas suffisamment en compte le besoin d’accompagnement qui est le sien.

sylvie-donnasson

sylvie.donnasson@healthinnov.fr
+33 (7) 82 49 06 89
Follow @Healthinnov SAS

Laisser un commentaire