Un outil clé en main pour les PSAD

0
230

Dans un contexte de vigilance accrue sur la gestion des lits d’hospitalisation, le maintien à domicile ou la sortie plus rapide des patients est un levier de poids. Voilà pourquoi le rôle des PSAD (Prestataires de Santé à Domicile) dans la crise de la COVID-19 est central. Ils couvrent un large spectre de missions et sont soumis à des contraintes réglementaires fortes. L’apport d’un outil de pilotage intégral est donc non négligeable pour optimiser leur activité.

 

 

Un soutien de poids dans un secteur sous contrainte

 

Mise à disposition d’appareils, formation des patients, suivi médical et diététique, perfusions,… les missions sont pour le moins variées pour les PSAD. Et le nombre de patients va croissant. Auprès d’Adiral Assistance, premier opérateur de la région Grand Est, 9 000 patients sont suivis. « Nous avons impérativement besoin d’avoir une supervision fine à tous niveaux : administratif, suivi des patients, accompagnement social, précise Patrice Rixein, président d’Adiral Assistance, vice-président de la FEDEPSAD (Fédération des PSAD) et président du SYNAPSAD (Syndicat des PSAD Associatifs). Un système assurant une communication complète des informations, de la prise d’appel à la facturation, nous est indispensable ». Dans cette optique, l’association s’est dotée en 2017 de l’outil SanoPSAD de 2CSI, racheté en avril dernier par Comarch.

Sur la question de la facturation justement, les contraintes évoluent. « La pression sur les tarifs est forte dans ce secteur, note Bruno Hamelin, directeur de mission e-santé chez Comarch. Les remboursements diminuent régulièrement. Il faut donc réussir à faire aussi bien avec moins de moyens ».

À titre d’exemple, en 2018, une nouvelle nomenclature pour le traitement de l’apnée du sommeil conditionne le remboursement au télésuivi de l’observance des patients. Ainsi, les machines ne sont plus facturées à la semaine mais selon leur durée moyenne d’utilisation. « En fonction des données recueillies par le télésuivi, 8 forfaits de base différents sont applicables et donnent lieu à une quarantaine de possibilités de facturation, résume Christophe Bonnot, directeur opérationnel d’Adiral Assistance. SanoPSAD permet le recueil de toutes ces données. Et son traitement par algorithme nous évite la saisie manuelle de ces 70 000 factures complexes, chaque année ».

 

 

Un outil adapté au métier

 

 

Au fil de l’eau, la solution SanoPSAD accompagne les PSAD. Via son tableau de bord, elle permet  de planifier le cycle de passage chez le patient, en fonction de la LPP (Liste de Produits et Prestation remboursés par l’Assurance Maladie). Dans ce cadre, « notre outil prend en compte les impératifs de chaque mission pour optimiser la tournée », assure Bruno Hamelin.

Autre pan, plus logistique, SanoPSAD assure la gestion des stocks, la traçabilité des machines et la matériovigilance. « Le système nous donne une visibilité sur la maintenance préventive et rend possible la modification des réglages d’une machine à distance, en fonction des préconisations du médecin », fait remarquer Christophe Bonnot.

 

Des adaptations régulières

 

Les usages sont en constante évolution. Tout dernièrement, l’envoi de SMS pour rappeler les rendez-vous aux patients a été mis en place. Il y a deux ans, un extranet prescripteur voyait le jour. Il donne l’accès aux prescripteurs à toute une batterie d’informations sur leurs patients (observance, respect des réglages machines, données cliniques….).

Toutes ces évolutions sont rendues possibles car « Comarch fait preuve d’une certaine agilité, apprécie Patrice Rixein. Il y a une bonne prise en compte de nos besoins, c’est très important pour nous ». Et cela, même après le rachat par Comarch cette année de l’ancien éditeur de la solution, 2CSI.

Dans cette relation de confiance, les projets continuent de poindre. La digitalisation « ouvre de nombreuses perspectives, indique Patrice Rixein. Et Comarch dispose d’une culture en accord avec ces ambitions ». Prochaine étape envisagée, une sorte de « concentrateur de données », selon Christophe Bonnot. Une plateforme capable de collecter, d’analyser et de dispatcher les informations extraites des dispositifs médicaux connectés.

Et tout récemment, SanoPSAD a obtenu l’agrément FSE ADR SCOR permettant au logiciel de communiquer en mode dématérialisé avec SESAM Vitale pour la mise à jour des droits des patients, l’envoi des feuilles de soin et des justificatifs . Encore une fonctionnalité qui optimise les organisations, en allégeant le processus de facturation et en évitant les envois postaux.

 

Marion BOIS

Laisser un commentaire