Un accès simple des données avec le stockage NAS ATFS

0
278
Stéphane Cardot, directeur de Quantum

Pour tous les responsables SI, la question de la gestion du stockage est cruciale. Avec la solution ATFS de Quantum, ils trouvent un outil paramétrable, automatisé qui propose gain de temps et d’argent, tout en conservant un certain confort d’utilisation. C’est la première plateforme NAS qui intègre stockage et gestion de données.

 

ENTRETIEN AVEC STÉPHANE CARDOT DIRECTEUR TECHNIQUE DE QUANTUM

SIH Solutions Magazine : Quel est le principe général d’ATFS ?

La caractéristique principale de cette solution est de « tagger » toutes données entrantes et d’appliquer, en fonction de caractéristiques métiers prédéfinis, le placement des données sur le meilleur support, en fonction de son utilisation en local sur disque ou en déport vers du stockage objet S3 public/privé. On réduit ainsi le coût global du stockage.

Et cela permet par ailleurs à un administrateur d’affiner au mieux sa gestion du stockage. Côté utilisateurs, ils trouvent ainsi un outil disposant d’un moteur de recherche ultra rapide.

Bien souvent, le manque de visibilité sur les données existantes, leur emplacement, leur propriétaire ou l’application à laquelle elles sont rattachées entrave la productivité et l’efficacité d’une entreprise. Nous proposons de remédier à ces écueils.

 

SSM : En quoi est-il important d’avoir une meilleure visibilité sur ses données ?

Il y a plusieurs enjeux à ce niveau. Pour les administrateurs du stockage, cette visibilité va permettre de gérer le cycle de vie de la donnée en fonction de sa nature, de son utilisation (dernière accès, date), de l’application ou de l’utilisateur qui l’a créée, de sa taille pour la placer sur le support le plus adéquat. Il va également lui permettre d’identifier tout changement de comportement du stockage : croissance soudaine d’un environnement particulier, utilisation de la bande passante anormale…. Pour les utilisateurs, l’avantage est de proposer un moteur de recherche puissant sur une solution qui héberge plusieurs pétaoctets de données, donc un gain de productivité.

 

SSM : Quelle fluidité cela apporte-t-il lors du déplacement des données ?

Toutes ces opérations sont transparentes et le NAS ATFS a une performance jusqu’à 12Go/s. Aujourd’hui, le cache NVMe gère de la prélecture pour des gains d’accès. La donnée étant aussi sur du S3, la performance va varier en fonction du type de S3 choisi.

 

SSM : Lors de l’enregistrement des données, quels sont les critères de « tagging » ? Sont-ils paramétrables aisément ?

Le « tagging » est automatique lors de l’ingestion, en se basant par défaut sur les métadonnées des fichiers : type, taille, date de création, dernier accès, utilisateur, structure du répertoire… Il est possible de créer des catégories et sous catégories de tags. Par exemple : tous les fichiers de nature .doc, .txt, .PDF sont comptabilisés sous un tag « All Documents », puis de créer une catégorie supérieure comme « backoffice » dans laquelle je veux voir les tags « All Documents », « All Powerpoints », « All Visio », etc.

 

SSM : En quoi cela augmente-t-il la productivité des ressources ?

Le NAS ATFS, lors de l’ingestion des fichiers, garde dans sa base de données toutes les informations sur les fichiers. Le gain est donc d’avoir une recherche des données ultra rapide par mot clé, type, nom, répertoire… De fait, cela permet aux utilisateurs d’accéder plus rapidement aux informations. La création de filesystems virtuels permet en outre de présenter uniquement les données avec des tags précis à une population d’utilisateurs ciblés, ce qui est particulièrement appréciable dans des environnements médicaux.

Par ailleurs, pour l’administrateur stockage, l’intérêt est que le placement des données est entièrement automatique.

 

Propos recueillis par Marion BOIS.

Consulter SIH Solutions.

Laisser un commentaire