Sortir de l'impasse du financement de la télécardiologie

0
735

Sortir de l’impasse liée au financement de la télésurveillance des prothèses cardiaques.
Interview de Vincent PETERS, Directeur des affaires règlementaires et accès au marché BIOTRONIK
réalisée lors du Carrefour de la Télésanté du CATEL, le 9 octobre 2015 à Paris, par SIH Solutions, partenaire de l’événement.
Retrouvez toutes les interventions sur “Financements et convergences des pratiques de eSanté” surwww.carrefourtelesante.fr
Biotronik a organisé le 9 octobre 2015, en partenariat avec le CATEL, un débat sur le financement de la télésurveillance des prothèses cardiaques (http://www.carrefourtelesante.fr/sessions.html).  Cette thématique est en effet au coeur des préoccupations de Biotronik, acteur pionnier du domaine. Dès 2001, un premier stimulateur communicant Biotronik a été implanté en France, à Bordeaux. En 2015, la technologie a fait des avancées considérables : un boitier communicant de la taille d’un smartphone est remis au patient, qui peut ainsi se déplacer en toute facilité en bénéficiant d’un suivi médical. Grâce aux données transmises par le boitier, le médecin peut poser à distance un diagnostic de qualité équivalente à un diagnostic réalisé en présentiel.
Tous les ingrédients sont donc présents pour que ces pratiques concrètes se développent à très grande échelle pour la santé et le bien-être des patients :  des technologies fiables, un principe de fonctionnement rodé, des études cliniques et médico-économiques concluantes (en France comme dans plusieurs autres pays) et validées par la HAS, des médecins compétents et motivés, et des patients satisfaits et remboursés !
Mais le déploiement des usages se heurte à une difficulté sensible : le remboursement des actes médicaux. Au travers de plusieurs études cliniques réalisées en France, et publiées dans dans de grandes revues internationales, il a pourtant été démontré que l’économie réalisée grâce à ce système de télésuivi était de 315 euros par patient et par an.
En 2015, les professionnels de santé impliqués – pour la plupart bénévolement – depuis des années, attendent des signaux et des actes en faveur d’une rémunération. De leur côté, les industriels craignent que des lenteurs technico-administratives compromettent la dynamique en place, à l’instar de ce qui a pu arriver dans d’autres domaines d’application des dispositifs médicaux. Et pendant ce temps, les patients… patientent.
Biotronik, en agissant sur le terrain, en communiquant largement et régulièrement sur ce sujet, en mettant autour de la table les acteurs clés lors du Carrefour de la Télésanté 2015, souhaite faire avancer le débat sur ce sujet en vue d’une généralisation rapide des usages.

Laisser un commentaire