Smart, agile et intégré: portrait de l’hôpital de demain

0
872
3d concept of modern smart city with skyscrapers public places roads cars park isometric vector illustration

L’hôpital, dans sa conception architecturale, son intégration du numérique et, plus largement, son organisation, a profondément évolué au cours des 10 dernières années. La relation au patient est aussi un sujet en profonde mutation qui ne peut être ignoré aujourd’hui, lors de la création d’un nouvel hôpital.

 

Les grandes réformes, l’avènement de plus en plus important du numérique et la prise en compte grandissante de l’humain (patients comme professionnels de santé) ont induit des grandes tendances, où l’hôpital a dû progressivement se muer, en s’ouvrant et en favorisant l’ambulatoire…. De même, l’informatisation doit évoluer vers plus d’interopérabilité, une meilleure utilisation et valorisation de la donnée, tout en sécurisant son système d’information.

 

La crise sanitaire actuelle a, de plus, montré que l’hôpital devait être capable de se réorganiser très rapidement en adaptant son organisation, tant humaine que spatiale et logistique.

 

Ces constats induisent plusieurs orientations majeures pour la conception des futurs hôpitaux. Ainsi, l’hôpital de demain va devoir se construire autour d’une architecture et d’un système d’information agiles et « smart », lui permettant de pouvoir être plus efficient, de s’adapter rapidement et d’être ouvert à son écosystème. L’objectif ? Améliorer le parcours patient, l’expérience du personnel et la performance globale de l’hôpital.

 

Il doit en outre se mettre dans une situation où la transformation sera permanente et devra donc être en recherche d’amélioration continue. Il est en effet indispensable que le progrès et l’innovation dans la santé aillent au-delà du soin, pour intégrer tout le parcours et l’expérience du patient.

 

L’HÔPITAL INTÉGRÉ DANS LA VILLE

 

Depuis plus de 10 ans, la logique de parcours de soins s’oriente vers une prise en charge globale, dont l’un des piliers est d’intégrer les soins de ville et de l’hôpital. En prolongeant ce principe et dans une réflexion de la place des soins de premier, second et troisième recours, la conception d’un nouvel hôpital devrait aussi répondre à cette orientation. Cela ouvre ainsi la réflexion sur la conception bâtimentaire que devrait avoir l’ensemble de la chaîne de soins (nombre et taille des bâtiments, intégration au plus près des patients…).

 

Autre thématique importante qui doit être intégrée dans une réflexion smart : les modalités de transport. Aujourd’hui, la place prépondérante de la voiture et une mauvaise prise en compte des capacités des transports en commun dans les choix d’emplacement et d’architecture, couplées à un manque de surface, font que les parkings des hôpitaux sont toujours surchargés.

 

Ne pourrait-on pas concevoir un hôpital complètement intégré avec les transports en commun, en ayant une réflexion allant jusqu’au dernier mètre ? Concrètement, cela signifierait notamment : avoir un réseau de transport en commun permettant d’arriver jusqu’à l’hôpital, avoir une approche architecturale permettant d’aller de la « station » jusque dans l’hôpital, même en situation de handicap, en évitant les multiples escaliers dans les stations qui mènent à l’hôpital, et des applications de guidage pour que le patient ne se sente pas perdu (cartographie, guidage extérieur et intérieur). Il est important d’avoir une approche sur-mesure dans cet interfaçage entre l’hôpital et la ville pour veiller à bien prendre en compte toutes les spécificités.

 

 

UN PARCOURS D’ACCUEIL DIGITALISÉ

 

Le parcours d’accueil du patient pourrait lui aussi être rendu beaucoup plus smart en s’inspirant des autres secteurs d’activité et des nouvelles technologies. La problématique de l’hôpital est aujourd’hui liée à une architecture et un système d’information vieillissants, couplés à la sensibilité des données de santé et à la sous-estimation de la capacité du patient d’être acteur de son parcours.

 

Le secteur aérien a ainsi depuis longtemps réinterrogé ses processus et sa relation avec le passager dans la phase « d’avant-vol ». L’accueil physique total a laissé sa place à un mix entre internet, borne d’enregistrement et accueil physique. Et, s’il est sûr que le patient ne peut être comparé à un voyageur, il semble tout de même nécessaire de tendre vers ces solutions pour permettre au personnel d’accueil de se focaliser sur les patients fragiles, dont la prise en charge dès l’arrivée à l’hôpital est indispensable, toujours dans une optique d’amélioration continue et de « digital-humain » qui intègre systématiquement la dimension éthique à sa démarche.

 

 

L’HÔPITAL, UN SMART BUILDING COMME D’AUTRES

 

L’hôpital, comme de nombreux secteurs d’activité, a pour obligation d’intégrer le concept de smart building. La gestion et l’optimisation de la consommation énergétique, attribut historique de celui-ci, sont des nécessités pour l’hôpital. Mais, au-delà, l’hôpital pourrait bénéficier des nouvelles technologies et de l’IoT pour améliorer les conditions et la qualité de vie au travail comme l’expérience patient.

 

À titre d’exemple, la simple question du Wifi dans l’hôpital est un vrai problème. Comment avoir un réseau de bonne qualité dans l’ensemble du bâtiment tout en excluant des zones qui doivent rester des zones blanches ? Comment offrir une couverture pour les patients tout en ayant une sécurisation maximum des données personnelles ? Plus largement, doit-on exposer les personnels et les patients aux ondes du Wifi ? Pourtant des solutions existent, comme le Lifi par exemple, mais cette technologie ne peut pas répondre à tous les besoins. Il est donc indispensable de prendre en compte ce type de technologie de façon éthique et intelligente, concrètement en lien avec la réalité des usages et donc des espaces de l’hôpital.

 

Autre sujet d’importance, l’hôpital est confronté en permanence à une problématique de gestion des flux : flux patient, flux personnel, flux matériel. La conception d’un nouvel hôpital doit intégrer de façon native cette problématique et les solutions qui doivent être mises en place pour optimiser ces flux. La conception des hôpitaux des pays nordiques peut être un bon exemple à suivre.

 

D’un point de vue patient, le parcours doit être simplifié par la mise en place notamment d’un guidage intra-bâtimentaire (cf supra), qui peut être couplé à une diffusion d’informations. Le patient est ainsi mieux orienté, mieux informé et donc mieux pris en charge. La géolocalisation permet ainsi de rendre une certaine forme de liberté aux patients fragiles, tout en améliorant leur sécurité.

 

D’un point de vue matériel, la géolocalisation permet aussi de disposer des bons équipements au bon endroit, et de garantir que ces équipements soient fonctionnels si elle est couplée à une GMAO.

 

 

PROFITER DE LA FEUILLE DE ROUTE DU NUMÉRIQUE EN SANTÉ POUR PASSER UN CAP

 

La stratégie du numérique offre une véritable opportunité aux hôpitaux de franchir un cap sur leurs systèmes d’information en suivant 4 axes nécessaires au développement des smart hôpitaux :

– faciliter l’interopérabilité,

– soutenir l’innovation,

– augmenter la sécurité

– toujours se conformer à l’éthique numérique, indispensable dans le secteur de la santé.

 

Elle permet aussi de poursuivre la conception des nouveaux hôpitaux de façon collégiale, entre direction des travaux et services techniques, direction des systèmes d’information, et les « métiers », pour améliorer l’expérience patient et personnel et optimiser l’efficience des bâtiments.

Consulter SIH Solutions

Pierre Lebon, Partner Conseil chez Sopra Steria Next.

Laisser un commentaire