Sauvegarde des données, les questions essentielles : Etape 3

0
715

Etape 3 : Fréquence et rétention des sauvegardes ?

Définir la fréquence des sauvegardes revient à définir le RPO (Recovery Point Objective) ou en français la PDMA (Perte de Données Maximale Admissible). Il vous faudra toujours considérer que ce qui a été modifié depuis la dernière sauvegarde peut être perdu, en cas de nécessité de restauration.
Lorsque l’informatique n’est pas critique, il est courant de définir une PDMA de 24 heures; l’entreprise accepte de perte au maximum une journée de travail et peut alors effectuer une sauvegarde par jour.
article-3-illustration-homme-bureauDepuis plusieurs années, nous voyons ce délai se resserrer. Il est aujourd’hui plus courant de mettre en œuvre des sauvegardes « temps réel » qui tiennent compte de toutes modifications effectuées sous quelques minutes.
Cela vient du fait que l’informatique est de plus en plus critique pour les entreprises, mais également parce que certaines technologies permettent de sauvegarder en temps réel même sur des volumes importants sans encombrer le réseau.
Toutefois, il est important de prendre en compte que certains éléments comme des bases de données peuvent nécessiter une planification des sauvegardes.

La fréquence des sauvegardes détermine la perte de données maximale que vous acceptez. Elle fait donc partie des questions essentielles à la mise en place d’une solution fiable et adaptée à votre activité.

 
La rétention est le délai de conservation des données sauvegardées. Cela signifie que vos sauvegardes vont conserver plusieurs versions de vos données formant ainsi un historique des modifications.
En cas de perte de données, il peut se passer plusieurs jours ou semaines entre le moment où la perte a lieu et
le moment où la personne s’en aperçoit. Il convient donc de définir une politique de rétention qui tienne compte de ce risque.
Rétention par nombre de versions
Chaque fois qu’un fichier est sauvegardé, il est référencé comme une nouvelle version.
Si le nombre de versions du fichier dépasse le nombre de versions autorisées, la version la plus ancienne est supprimée.
De ce fait, plus vous modifiez un fichier régulièrement, plus la date de la plus ancienne version sera récente.
Rétention temporelle
La logique de la rétention temporelle se base sur une durée de conservation définie.
Vous pouvez ainsi décider de garder toutes les versions de vos fichiers pendant un mois, (durée usuelle) sans limiter le nombre de versions.
Chaque fois qu’un fichier (ou un bloc) est modifié, il est sauvegardé et horodaté.
Les serveurs examinent les versions disponibles du fichier et en fonction des règles temporelles établies certaines versions seront supprimées.

Nous préconisons fortement une solution de sauvegarde à rétention temporelle car elle est la seule qui tient compte de la criticité des fichiers.

herve-favre
logo_tg_fondblanc
Hervé FAVRE, Dirigeant – Fondateur
MA-SAUVEGARDE – Expert en protection des données.
Solutions de sauvegarde intelligente en temps réel.

Laisser un commentaire