L'épigénétique : mieux réfléchir au vieillisement ?

0
763

Chronique 3 – SIH – Solutions

Docteur Christophe Delong –
christopheportrait

L’épigénétique : mieux réfléchir au vieillisement ?

Un jour nous parlerons du phénomène big data : c’est à la mode.

Il existe un autre big data : notre patrimoine génétique. De nombreuses avancées ont lieu actuellement en santé par le biais d’une meilleure connaissance de nos gènes, de leurs interactions et de leur expression. De nombreuses recherches se font en thérapie cellulaire à partir de cellules souches de différentes origines.

Dans le vaste champ de la course effrénée à la meilleure connaissance de l’ADN, de son décryptage, de sa manipulation, de la biologie cellulaire et des signaux qui régissent l’expression des gènes dans le corps humain comme dans tous les tissus, les biotechs absorbent une part énorme des investissements, à tel titre que chacun s’y perd un peu : quelle start-up fait quoi, cherche quoi, espère trouver quoi ?

Pour peu qu’une entreprise qui n’a plus taille humaine et focalise tous les fantasmes de la société actuelle, promette pour bientôt des objets connectés directement branchés sur les cellules du corps humain, ou une nouvelle approche du traitement de toutes les données recueillies sur l’humain : tout est rassemblé pour que la grande émotion devant l’intelligence artificielle, le big data et la vie éternelle tournent au vertige et à l’angoisse la plus profonde.

Mais pendant ce temps, quid de l’épigénétique ? Parallèlement à ces avancées médiatiques, suggérées, dépassant l’imagination, “l’épigénétique” trace son petit bout de chemin.

Selon Wikipedia , “l’épigénétique est l’ensemble des mécanismes moléculaires ayant lieu au niveau du génome et de la régulation de l’expression des gènes qui peuvent être influencés par l’environnement et l’histoire individuelle ainsi qu’être potentiellement transmissibles d’une génération à l’autre, sans altération des séquences nucléotidiques (ADN), et avec un caractère réversible.”

Regardez là : Joël de Rosnay en conférence avec Jacques Attali et Etienne Klein sur l’Epigénétique. C’est passionnant.

De grosses sociétés proposent déjà des produits et un test innovants sur ce plan là, se targuant de détecter …et soigner les problèmes liés à l’épigénétique dans le vieillissement.

“Votre âge est-il plus difficile à cacher ? Gardez le contrôle grâce à X… (…). Une approche unique et exclusive de la science du vieillissement est basée sur la découverte de marqueurs liés à l’âge ou – comme la sus-dite société les appelle – « arSuperMarkers ». La science exclusive de cette société ciblerait ces arSuperMarkers, les principales causes du vieillissement qui peuvent influencer la façon dont nous vieillissons”… and so on…

“D’ici 2030, le nombre de personnes âgées de plus de 60 ans à travers le monde va dépasser le milliard. D’ici 2015, le secteur anti-âge devrait croître de 76 % aux États-Unis, de 73 % en Europe, 72 % au Japon et de 82 % dans la région Asie-Pacifique. (…)L’évolution du nombre de consommateurs de produits anti-âge dans les pays développés représente une opportunité commerciale remarquable(…). “

Mais alors qu’attendons nous pour faire le lien entre la science que j’évoque au début et les premiers essais cliniques thérapeutiques ? En fait il semblerait que les choses soient un tout petit peu plus compliquées que certains sont tentés de le faire croire. J’ai lu avec passion – et sans toujours tout bien comprendre – ce que le Professeur Jonathan Weitzman de Paris VII nous en dit. Et j’ai l’impression que les résultats ne sont pas pour tout de suite, hélas, au contraire de ce que certains veulent nous en dire. Mais j’attends avec passion les découvertes à venir de nos chercheurs …

Je connais relativement bien le système de recherche et les hommes. J’attends des informations scientifiques et surtout une réflexion sur cet avenir de la personne âgée et dépendante. Donnons la parole aux bons interlocuteurs, nous pourrons alors débattre vraiment de certains enjeux de la société et de la médecine de demain.

Laisser un commentaire