L'Aube, une stratégie de Territoire de Santé Numérique

0
983

SIH TEMOIGNAGES - CH de TROYES (1)
(à gauche Docteur David LAPLANCHE, médecin urgentiste et médecin référent du SIH du CH de TROYES / à droite Michaël DE BLOCK DSIC du CHT auteur de l’article)

Le Centre Hospitalier de TROYES est le deuxième établissement de Champagne Ardenne en volume d’activité, le premier de son département, l’Aube et l’hôpital « maître » du territoire de santé Champagne Sud.

Premier établissement de la région à faire sécession avec l’informatique régionale du CRIH de REIMS à la fin des années 90, il informatise en 1998/1999 son dossier patient (solution Dx Family de Medasys couplé au logiciel de gestion administrative du GIP CPAGE) et consacre les dix années suivantes à étoffer son SIH : en 2008, on compte un peu plus de soixante-dix logiciels « métiers » !

De 2008 à 2013, il sécurise son SIH, mettant en œuvre les techniques de virtualisation, clusterisation et supervision (des systèmes et des interfaces) et rationnalisant son SIH autour de la Dx Family. La rationalisation passe également par une réorganisation humaine, découpant les ressources du service informatique en équipe dédiées (support, projet, technique, formation, etc.) et la mise en place du coût à la page.

Cette richesse fonctionnelle, accompagnée d’une politique de sécurité du SIH rigoureuse a permis au Centre Hospitalier de TROYES d’explorer d’autres voies que l’informatisation interne de son établissement : la e-santé !

Equipée d’une messagerie sécurisée depuis 2009 et d’un portail d’imagerie sécurisé depuis 2011, l’établissement s’est illustré dans le cadre du projet DMP (1er établissement français en nombre de DMP créés et alimentés en 2012) et de la télémédecine (en 2013 : TéléAVC avec le CHU de REIMS et Téléinterprétation radiologique avec le CH de BOURBONNE LES BAINS).

Impliqué dans des projets TIC innovants (envoi de SMS aux patients, portail de préadmission sur internet, cartographie informatisée du SAMU, géolocalisation des biens et des personnes), le Centre Hospitalier de TROYES décidé, fin 2013, de militer pour la mutualisation des ressources SI au sein des établissements de santé. Cette démarche s’est soldée en 2014 par la création d’un Groupement de Coopération Sanitaire de moyens informatiques, le GCS Santé Numérique qui regroupement des établissements hospitaliers publics de l’Aube, mais aussi des associations privées à but non lucratifs comme la Mutualité Française de Champagne Ardenne ou le COS PASTEUR.

La mutualisation passe par le partage de ressources humaines (technicien réseau, ingénieur système, chef de projet), les achats communs de logiciels et de matériels et une stratégie d’hébergement de données de santé commune. Fort de cette dynamique, avec le soutien de l’ARS et l’aide du GCS SIS CA, le CH de TROYES s’est fortement investi dans le dossier déposé en mars 2014 dans le cadre de l’appel à projet Territoire de Soins Numérique et attend la décision de la DGOS.

Parmi 18 dossiers déposés et sachant que le projet océanien, PLEXUS a déjà été choisi (annonce de F. HOLLANDE semaine 35), le projet aubois nommé OPTIMIPSTIC (OPTIMIsation du Parcours de Soins par les Technologies de l’Information et de la Communication) présente plusieurs atouts : il est tout d’abord soutenu à la fois par les établissements hospitaliers, les conseils de l’Ordre départementaux, les universités locales et la Caisse Primaire d’Assurance Maladie). Il présente ensuite le véritable cas d’école d’un département dans lequel 50% de la population est concentré à Troyes et sa banlieue et tout autour un quasi désert médical en zone rurale et présente un nouveau modèle économique permettant de réduire les déplacements de patients et de professionnels et incitant les professionnels de santé à prescrire à bon escient, fort d’une meilleure connaissance du dossier médicale de leur patient. Enfin, il s’appuie sur des acteurs qui expérimentent déjà la technologie au quotidien : des ambulanciers privés qui utilisent des solutions de géolocalisation et tests des équipements biomédicaux de télétransmission vers le SAMU, des EHPAD qui n’hésitent pas à se lancer dans la télétransmission de paramètres vitaux, des universitaires qui réfléchissent à des solutions innovantes (téléconsultation robotique) et des hôpitaux qui mutualisent leur SIH pour faciliter la transmission de données du patient.

Tout cela est inscrit dans une charte territoriale de bonnes pratiques et devrait modifier peu à peu les habitudes, tout en optimisant le parcours de soins du patient.

OPTIMIPSTIC repose donc sur un terreau fertile et toute la communauté informatico-sanitaire de l’Aube espère vivement que le projet obtiendra prochainement les moyens de pousser… A suivre

Venez en discutez sur notre forum LinkedIn

Laisser un commentaire