La télémedecine dans le suivi du diabète gestationnel

2
1151

Le diabète gestationnel atteint 10 % des femmes françaises enceintes. Pour permettre un meilleur suivi de cette pathologie en même temps qu’un gain de temps pour les équipes médicales et les patientes, l’hôpital européen Georges- Pompidou, à Paris, à mis en place un service de télémédecine.

Miroslava PAVLOV souffre de diabète gestationnel : elle doit mesurer son taux de glycémie six fois par jour. Après chaque piqûre elle complète un tableau de suivi qu’elle transmet à son medecin par courrriel. Mme PAVLOV « trouve que la télémedecine dans le suivi ddu diabète gestationnel est vraiment pratique puisque la patiente n’a pas à se déplacer à l’hôpital pour ses rendez vous médicaux . La télémedecine présente un gain de temps considérable adapté à la vie de la patiente. ».

Cette télémedecine dans le suivi du diabète gestationnel a été mise en place en 2006 à l’hôpital européen Georges POMPIDOU. A ce jour, près de 1000 patientes en ont bénéficié. Le Pr Jean-Jacques ALTAM, chef du service diabétologique à l’hôpital européen POMPIDOU explique que « le projet de télémedecine a vu le jour dans un contexte de surcharge de travail important ».

La télémédecine permet d’optimiser le temps de la patiente ainsi que celui du personnel soignant. Les résultats de télésurveillance de glycémie sont essentiellement communiqués par des tableaux véhiculés par des courriels de manière multihebdomadaire. Dans le cas d’un suivi classique de diabète gestationnel, la patiente ne peut bénéficier que de deux consulatations par mois : ce qui est relativement insuffisant. L’intérêt de la télémédecine en devient par là très important.

Pour connaître la marche à suivre, les patientes sont reçues pour une première consultation en entretien individuel puis en réunion de groupe. L’objectif est de comprendre le diabète gestationnel, les risques qu’il implique et les moyens d’y remédier. Les patientes participent également à un atelier de diététique pour connaître les aliments à priviligier et ceux à éviter. Elles sont ensuite reçues par l’infirmier qui leur montre comment mesurer la glycémie. De retour à leur domicile, ces patientes pourront mesurer leur glycémie de façon autonome et transmettre les données à leur diabétologue par simple échange de mail.

La télémédecine pour le suivi du diabète gestationnel est « un système léger qui peut être exporté et mis en place facilement » assure le Dr Roxanne DULCOUX, praticien hospitalier au service diabétologique à l’hôpital européen Georges POMPIDOU . Efficace et facile à mettre en place, ce système de télémédecine devrait être mis en œuvre dans d’autres établissements de santé. Il reste dorénavant à régler la question de la reconnaissance financière puisque les consultations à distance ne sont pas facturées et représentent un manque à gagner pour l’hôpital.

Venez en discutez sur notre forum LinkedIn

2 Commentaires

Laisser un commentaire