Des parcours patients bien définis pour optimiser les ressources et les prises de décisions

0
122

Yaël Salisbury
Responsable ligne logistique
Crédit photo : DR

La HAS le conseille : le médecin de ville doit refaire partie intégrante du parcours de soins. Environnement du patient, niveau de vie, problèmes personnels… Il détient une vision complète de son patient et doit donc être en lien continu avec les spécialistes. En développant VisionHM , solution basée sur les protocoles médicaux, Dapsys compte bien renforcer le lien ville-hôpital et augmenter sa capacité d’accueil. Et l’intervention de l’intelligence artificielle pourrait fluidifier encore plus les parcours…

Limiter les passages aux urgences et optimiser les ressources

Chez Dapsys, le constat est net : le système actuel est trop centré sur les établissements hospitaliers, sur la pathologie, abordée de manière cloisonnée. Pour y remédier, la société suisse a développé VisionHM afin de faciliter les parcours de santé. Les protocoles médicaux servent de descriptifs pour la planification : réalisation des examens, démarche de qualité et de gestion des risques. Ces descriptifs, assemblés pour correspondre aux besoins du patient, établissent les parcours patients. Dans le cadre d’une pathologie, toutes les grandes étapes du parcours sont ainsi anticipées. La solution permet alors de prendre rendez-vous directement. Un hôpital en France fonctionne déjà ainsi avec les examens de tous ses services modélisés et des parcours patients de divers types rapidement construits sur cette base.

Aux urgences, cette anticipation est primordiale. Les patients qui s’y présentent ont bien souvent besoin de soins pluridisciplinaires, mais il est trop chronophage pour ce service de caler tous les rendez-vous nécessaires. Résultat : certains patients n’ont pas le suivi adéquat et reviennent quelques mois plus tard. Grâce aux parcours  patients, la chaîne de consultations se met en place aisément et les professionnels peuvent suivre le cheminement du patient pas à pas, l’incitant à suivre ses soins en cas de rupture. Cette approche peut se révéler aussi très efficace dans le cas de de parcours concernant l’embonpoint.

 

Les bénéfices d’un parcours anticipé sont multiples. Il permet donc de lutter contre les passages indus aux urgences mais aussi d’optimiser l’utilisation des moyens. En cas de non présentation d’un patient, les alarmes du système permettent de réattribuer les ressources. « Ces parcours patients sont particulièrement intéressants dans la programmation de la chirurgie ambulatoire, précise Dr Florence Bastiani, chirurgien pédiatrique à Nice, pour éviter les faux rendez-vous, optimiser les soins post-opératoires et documenter le patient au fur et à mesure de la réalisation de son parcours».

Une aide à la prise de décision anesthésique

Dans le cadre de sa démarche d’amélioration des flux en MCO, Dapsys a cherché des logiciels connexes pour éviter les risques. VisionHM s’est donc associé à Intelligence Anesthesia. Son fondateur, Yassine Moussali, est parti d’un double constat. En matière d’anesthésie, l’informatisation accuse un retard considérable (un énorme volume de consultations est réalisé sur papier) et parallèlement, un grand nombre de tâches est répétitif. Avec la solution de Yassine Moulali, une fois rentré dans le circuit VisionHM, le patient se voit envoyer un questionnaire de pré-consultation au format numérique. Le jour du rendez-vous, les réponses sont pré-chargées dans la solution, en application des usages métiers. Les informations sont ensuite sauvegardées et renvoyées dans VisionHM. « Nous optimisons ainsi la partie pré-évaluation opératoire », souligne Yassine Moussali. Une manière de rendre « le travail moins angoissant et plus efficace », confirme Edouard Soriano. Une tendance qui pourrait bien être encore plus marquée avec l’intégration très prochainement des règles d’intelligence artificielle pour une aide à la décision sur les protocoles d’anesthésie, via Intelligence Anesthesia.

Laisser un commentaire