Avis d’expert – Cloudwatt, cloud souverain et souveraineté numérique

0
660

cloudwatt La désintermédiation générée par l’internet s’accompagne, en même temps que de formidables opportunités pour l’avenir, d’une montée de l’impérialisme de certaines plateformes qui imposent leurs règles du jeu aux Etats et aux citoyens au point de mettre en danger des intérêts stratégiques, la libre concurrence, le libre choix des consommateurs ainsi que la préservation de leur vie privée. L’affaire Snowden a bien révélé les dangers d’une captation organisée par un Etat, à son profit et à celui de ses acteurs économiques, de données, informations et autres actifs immatériels privés ou collectifs circulant sur les réseaux.
Ce contexte rend indispensable pour notre pays la présence d’un cloud dit « souverain » afin que nous puissions être un acteur à part entière dans le monde numérique de demain tout en préservant notre liberté et la sécurité de nos données.
Les géants de l’internet investissent beaucoup d’argent et misent sur le « temps long » pour tirer les bénéfices de leur actuelle politique de captation des données et de pénétration de tous les secteurs de l’économie et à tous les étages de notre organisation sociale. Le prix de la souveraineté, c’est donc le temps. Et seul l’Etat, garant de la souveraineté et de la sécurité national, peut être en mesure d’investir avec des délais de récupération supérieurs à 10 ans. C’est la définition des Projets d’Investissement d’Avenir dont Cloudwatt est issu.
Un cloud souverain est une centrale d’énergie numérique, de puissance de calcul et de stockage qui, du fait de son actionnariat, de sa nationalité, de ses choix technologiques, de ses conditions générales, de ses partenariats, est une garantie de sécurité, de protection et de respect de nos lois. C’est, en fin de compte, une assurance pour garder la liberté de choisir le monde dans lequel nous voudrons vivre demain.
Nul ne peut s’autoproclamer « cloud souverain ». C’est une démarche et un engagement sur plusieurs types de critères incontournables qui impliquent tous les choix stratégiques, à toutes les étapes de la décision.
Ce sont d’abord des garanties en matière de sécurité. Être souverain exige une supervision maximale et permanente de l’ensemble des interfaces afin de répondre aux attaques et d’anticiper tout comportement déviant. C’est aussi d’être capable de soumettre ses services, infrastructures et processus à l’examen de sociétés tierces spécialisées dans la sécurité informatique.
Ce sont aussi des critères juridiques et contractuels comme l’exigence de na pas être soumis, d’aucune manière, au Patriot Act et la garantie de ne s’octroyer aucun droit sur la donnée qui nous est confiée.
Être souverain c’est encore de garantir une indépendance technologique et une indépendance opérationnelle totales, en construisant notamment sa propre architecture et en assurant un backup des données répondant aux mêmes exigences.
Enfin, un cloud ne peut être souverain sans un certains nombres de critères géo-politiques incontournables comme celui de garantir la localisation de ses datacenters, de ses opérations et du développement en France ou en Europe. Mais ce critère seul ne suffit pas ! Comme Cloudwatt, un cloud souverain doit être protégé par un pacte d’actionnaire (au sein duquel l’Etat joue un rôle majeur) qui non seulement fait de la souveraineté un axe stratégique et prioritaire mais garantit également de ne jamais passer entre les mains d’acteurs qui remettraient en cause cette vocation.
C’est la conjugaison de l’ensemble de ces moyens qui, seule, est à même de garantir la souveraineté numérique et non l’un ou l’autre de ces éléments pris isolément.
Dans ce contexte, la mission de Cloudwatt ne s’arrête pas à la seule fourniture d’une offre de cloud souverain complète, performante et compétitive, mais doit s’étendre à la promotion du concept de souveraineté numérique dont elle a vocation à être à la fois l’un des principaux garants et acteurs.
C’est fidèle à cette mission d’intérêt national et européen que Cloudwatt à lancer l’Institut de la Souveraineté Numérique, dont l’objectif est de mobiliser élus, acteurs économiques et citoyens, afin de promouvoir une nouvelle forme de souveraineté, à la fois individuelle et collective, sur les nouveaux territoires numériques. Non pas dans un réflexe protectionniste vis-à-vis de puissances économiques qui ont pris des positions décisives avant nous, mais dans le but de préserver notre capacité de choisir dans quel monde nous voulons vivre demain.

Laisser un commentaire