Premier Bilan pour la feuille de route du numérique en santé

0
1673

Le 25 avril 2019, le gouvernement annonçait sa feuille de route pour présenter le virage numérique dans le domaine de la santé. 5 grandes orientations avaient alors été fixées. Retour sur les actions menées, les avancées et les prochaines dates importantes :

Renforcer la gouvernance du numérique

– La création de la Délégation ministérielle en santé (DNS) et de l’Agence du numérique en santé (ANS) en 2019

– Un 1er Conseil du numérique en santé (CNS), ainsi que la mise en place de 4 groupes de travail dédiés à la formation, à la fracture numérique, à l’évaluation de la e-santé, au développement économique. Le prochain CNS est prévu pour le 20 février 2020. De plus, une cellule d’éthique du numérique a été mise en place, dont les livrables sont attendus pour le premier semestre 2020

– La publication de la Doctrine technique du Numérique en Santé en France prévue pour la fin janvier 2020, résultat d’une soixantaine de publications comptabilisées en fin décembre 2019

Intensifier la sécurité et l’interopérabilité des systèmes d’information

– Le début d’une généralisation des identités numériques des acteurs de santé, avec le Répertoire opérationnel des ressources (ROR) fin janvier 2020, l’extension du référentiel national aux nouveaux acteurs non inclus dans le périmètre RPPS et ADELI pour le 2ieme semestre 2020, et l’intégration des infirmiers dans le RPPS en 2021

– La mise à disposition de l’application de certificats dématérialisés (E-CPS) sur smartphone sans carte CPS dès le 1er semestre 2020

– L’obligation de l’Identifiant National de Santé (INS) au 1er janvier 2021

– Les premières expérimentations de la dématérialisation de la carte débutée mi-octobre 2019 devront amener à une solution cible en 2022

– Inscription de l’opposabilité et des leviers de contrôle dans la loi santé en juillet 2019

– Pour la sécurité, une extension des déclarations d’incident en cybersécurité élargie à tous les acteurs de la santé à partir de 2020, le développement d’un outil numérique d’analyse des risques, le lancement d’audit de cybersurveillance au niveau des GHT, ainsi que la publication d’un référentiel de sécurité pour mars 2020

Accélérer le déploiement des services numériques socles

– Au niveau du DMP, un premier chiffre de 8,4 millions de dossiers créés, alimentés par 425 établissements et 11600 médecins généralistes, bientôt déployés dans 705 EHPAD. Pour 2020, à prévoir la première intégration du carnet de vaccination et des travaux sur l’alimentation des données de remboursements en données structurées

– Le Déploiement de la Messagerie sécurisée de santé (MSSanté) dans les établissements et en ville

– L’expérimentation d’une e-prescription depuis octobre 2019 avec un bilan attendu pour début 2020

– Des e-parcours, mises en place et renforcés par un accord-cadre pour assurer l’homogénéisation de l’acquisition de solutions innovantes sur l’ensemble du territoire

Déployer au niveau national des plateformes numériques

– Un Espace Numérique de Santé (ENS), dont les articulations avec le DMP doivent être étudiées en janvier 2020

– Un bouquet de Services numériques aux professionnels (BS) dont le cadrage doit être finalisé pour le 1er trimestre 2020

– Un Health Data Hub

Stimuler l’innovation et favoriser l’engagement des acteurs

– Une journée HOP’EN le 24 janvier 2020

– Une enveloppe de 420 millions d’euros sur la période 2019-2023

– Cadrage et mis en objectif du plan ESMS Numérique, et pour le 7 février 2020 une co-construction du numérique dans le secteur médico-social

– Un meilleur lien entre SI et Allocation Personnalisé d’Autonomie (APA), avec des résultats du diagnostic des Si de gestion de l’APA

– Démarrage en janvier des premiers groupes de travail pour élaborer un dispositif de certification SI dans le but d’évaluer leur maturité et des premiers pilotes à prévoir dès septembre-décembre 2020

– Création du Lab e-santé en mars 2020

Laisser un commentaire