Infirmière libérale et Téléconsultation, une alliance incontournable pour le parcours patient ?

0
869

L’innovation se trouve parfois dans notre capacité à mieux organiser les réseaux humains. C’est en tout cas le principe sur lequel s’appuie Laila Hamdouni, créatrice d’un projet dédié à l’inclusion des infirmières libérales dans le parcours patient.

« Cette idée repose sur un constat, lui-même basé sur une accumulation d’expériences vécues au cœur du terrain. Je me souviens par exemple d’un patient souffrant d’Alzheimer, obligé d’être contentionné à un brancard car il devenait agité après plusieurs heures d’attente. Pour, au final, une plaie dont le choix du traitement m’a été confiée par l’interne du service où j’effectuais un stage dans le cadre d’un diplôme universitaire plaies et cicatrisation. En y réfléchissant bien, je me suis dit que les infirmières libérales avaient aussi un rôle important à jouer », confie la jeune infirmière de l’hôpital de Tonnerre.

En quoi consiste précisément ce projet ? Il s’agit en réalité d’inclure les infirmières libérales à l’intérieur du parcours de soins, en leur donnant la possibilité d’effectuer du télésoin : téléconsultation, télé-expertise, télé-régulation, télésurveillance, et ainsi éviter les déplacements de patients particulièrement fragiles, psychologiquement instables ou vulnérables. Selon Laila Hamdouni, l’inclusion de ces infirmières libérales s’accompagne de plusieurs avantages : une très bonne connaissance du patient et de son environnement, une coopération qui rompt avec l’isolement des infirmières libérales, une montée en compétence sur un large spectre de problématiques médicales, une réduction des délais d’attente de diagnostic ou de rendez-vous, un suivi régulier des maladies chroniques, un gain de temps médical…

Ce projet s’inscrit par ailleurs dans une logique ville-hôpital : « pour le moment, il est relativement difficile de maintenir le patient dans un parcours de soins hors des murs de l’hôpital. Avec l’élargissement de la mission des infirmières libérales, on étend les limites du réseau d’informations, car elles seront en mesure de compléter le DMP, comme le font aujourd’hui les infirmières qui travaillent dans les établissements hospitaliers. Lorsque l’hôpital, le médecin, le pharmacien graviteront à l’intérieur du même réseau, la transmission de l’information sera facilitée. Alors nous pourrons affirmer que le patient se trouve au cœur du parcours », argue Laila Hamdouni.

Aujourd’hui, la phase pilote débute dans la région Bourgogne Franche-Comté, et les premiers résultats du projet sont particulièrement attendus. En effet, si cette innovation organisationnelle s’avère performante, il se pourrait bien « qu’elle permettent un gain de temps et de confort important pour le patient, entraîne une économie non-négligeable, participe à une meilleure efficience dans le parcours de soins et enfin, qu’elle concrétise le virage numérique et ambulatoire au sein des territoires », conclut Laila Hamdouni.

Steve Serafino

Laisser un commentaire