Le protocole SDC, l’interopérabilité sécurisée

by sih solutions avril 18, 2019

Jens Altmann – Responsable du Magement Produit et du Segment Hôpital chez Dräger

Initié et développé par le consortium OR.net – constitué de représentants du monde de la santé et de la technologie – sous l’égide du BMBF (le Ministère fédéral de l’Éducation et de la Recherche allemand) dans le cadre de la standardisation IEEE 11073, le protocole SDC (Service- Oriented Device Connectivity) est un nouveau standard en termes d’interopérabilité en milieu hospitalier.

En s’affranchissant des transmissions des données en format propriétaire, le protocole SDC privilégie leur partage, afin d’optimiser le flux de travail et le traitement des patients, de manière sécurisée.

L’entreprise Dräger, en tant que membre permanent d’OR.net, a pu participer au développement de cette architecture. Jens Altmann – Responsable du Magement Produit et du Segment Hôpital chez Dräger – revient en détails ce nouveau standard.

Le protocole SDC, en quelques mots ?

Dans le cadre de la standardisation IEEE 11073, le protocole SDC unifie le transfert des données. Il définit une architecture de services internet sûre et protégée, destinée aux dispositifs médicaux et répondant aux exigences de connectivité dans les environnements de soins, où la précision joue un rôle essentiel (bloc opératoire, soins intensifs, réanimation).

Comment s’est imposée la création du protocole SDC ?

Les normes et profils actuels (par ex. HL7v2, IHE) répondent aux exigences d’interopérabilité élémentaire au niveau technique et informatique de l’hôpital, et resteront probablement pertinents. Néanmoins, il manquait des protocoles standardisés pour l’intégration de dispositifs médicaux au chevet du patient, comme les pompes à perfusion, les ventilateurs ou encore les moniteurs patients (Intelligent System Integration ou intégration intelligente du système), alors que leur importance est cruciale pour assurer la conformité aux exigences cliniques futures.

Une architecture de services comme SDC est nécessaire pour éviter les solutions silos qui posent des limites aux flux de travail, et entraînent des coûts supplémentaires pour les fabricants et les praticiens.

Quelles sont les différentes fonctionnalités de cette technologie ?

Le protocole SDC permet d’avoir certaines fonctionnalités importantes nécessaires à l’intégration intelligente du système. L’architecture assure la fiabilité du transfert de données en mode bi-directionnel, avec l’intégration et la visualisation de ces dernières. Elle offre un niveau de sécurité des données élevé et une qualité conforme aux exigences médicales, permettant au dispositif médical récepteur de les exploiter pour des applications cliniques.

Cela permet, entre autres, la commande à distance des équipements médicaux, utile dans des zones comme les chambres d’isolement pour les patients à risque.

Par ailleurs, les données fournies par différents appareils peuvent servir à des fonctions de contrôle intégrées dans les dispositifs thérapeutiques, comme les applications en boucle fermée par exemple. Le protocole SDC ouvrira une nouvelle étape dans la gestion des alarmes, en réduisant les alarmes au chevet du patient afin de développer des soins intensifs silencieux.

D’un point de vue général, le principal avantage du protocole SDC est de disposer d’une norme internationale pour tous les équipements médicaux, qui seront en mesure de remplacer une grande quantité de systèmes médicaux propriétaires.

Comment est mise en œuvre l’interopérabilité du protocole SDC ?

L’architecture définie dans la norme SDC s’appuie sur les principes d’un poste de travail à architecture médicale orientée vers les services (Service-Oriented Medical Device Architecture (SOMDA)). Dans cette architecture, les applications installées sur les dispositifs médicaux fournissent des services, et se chargent également de transmettre les données. La pile de protocoles de communication SDC est constituée de plusieurs couches, le profil d’appareils dédiés aux services web (Devices Profile for Web Services) en constituant la fondation. 

Il fournit un moyen de couvrir le service, avec une description du service pendant la durée de fonctionnement, une messagerie et une diffusion des événements sur réseau IP. Sur la couche suivante, le Medical Devices Profile for Web Services (MDPWS) ajoute des moyens supplémentaires, nécessaires pour remplir les exigences spécifiques d’un poste de travail médical, comme le streaming d’une courbe et d’autres informations pour assurer la sécurité du patient.

Par ailleurs, la spécification BICEPS (Basic Integrated Clinical Environment Protocol Specification) fournit un modèle d’informations sous forme d’un message uniformisé ainsi que des services dédiés aux dispositifs médicaux, pour assurer la communication propre à un poste de travail médical, qui reprend les idées de la famille de normes ISO/IEEE 11073.

Le profil MDPWS ainsi que la spécification BICEPS sont des normes IEEE 11073 qui assurent la communication à l’intérieur d’un système SOMDA.

Comment sont sécurisées les données dans ce contexte d’interopérabilité ?

La famille de normes IEEE 11073 SDC définit l’usage du protocole TLS – Transport Layer Security protocol – à chaque fois que des données patient sont communiquées. TLS est également associé à https pour ouvrir des sites web sécurisés sur Internet. La connectivité des dispositifs médicaux s’appuyant sur une communication machine-machine, TLS va authentifier l’identité des partenaires de la communication par le biais d’une méthode d’authentification cryptographique mutuelle par clé publique.

Quel sera le premier dispositif médical Dräger « SDC compatible » ?

Le premier équipement Dräger à être équipé des possibilités et avantages techniques de la norme SDC sera une station d’anesthésie, qui arrivera cette année sur le marché.

Pour Dräger, quelles sont les perspectives de cette interopérabilité sur le plan local et international ?

Les solutions rendues possibles avec l’architecture SDC pourraient constituer un véritable avantage concurrentiel ; nous permettant d’exploiter les synergies de différents dispositifs dans notre portefeuille et en aval.

Notre motivation est d’améliorer les soins intensifs en proposant des systèmes équipés de fonctionnalités nouvelles qui aideront à automatiser partiellement la gestion des hôpitaux. De nouvelles applications comme la commande à distance des dispositifs médicaux, ou l’aptitude des systèmes d’assistance à automatiser le flux de travail et les processus cliniques, aideront à relever les défis actuels auxquels de nombreux hôpitaux sont confrontés.

 IEEE 11073 SDC offre aux hôpitaux l’immense avantage d’une norme internationale. Le protocole peut être considéré comme un investissement dans l’avenir, fondé sur l’aptitude à long terme de la norme et la possibilité d’optimiser le parc de dispositifs médicaux.

 

 

 

Laisser un commentaire