Imadis, spécialiste de la téléradiologie, anticipe les besoins de la médecine d’urgence

by sih solutions décembre 20, 2018

La société médicale de téléradiologie Imadis, spécialisée dans la téléradiologie d’urgence, vient d’ouvrir son deuxième centre de garde en France, à Bordeaux. Les médecins radiologues d’Imadis interprètent lors des périodes de permanence des soins, depuis leur centre de Bordeaux, des examens d’imagerie d’urgence, comme ils le font déjà depuis dix ans depuis le centre de Lyon.

Entretien avec le Dr Vivien Thomson, président d’Imadis, associé et cofondateur de l’entreprise.

Pourquoi avoir choisir d’ouvrir ce centre à Bordeaux ?

Dr Vivien Thomson : Cette ouverture répond à un besoin croissant de ressources médicales pour accompagner l’augmentation du nombre d’examens pris en charge et maintenir notre qualité d’interprétation.

La ville de Bordeaux a été choisie parce qu’une équipe de radiologues motivés a été identifiée sur place. Une formation universitaire radiologique de grande qualité dans le domaine de l’urgence, la présence d’une importante population radiologique et l’attractivité importante de la ville de Bordeaux ont été des arguments complémentaires.

Notre modèle, unique en Europe, a été mis en place par une équipe de radiologues qui partagent une même passion pour la radiologie d’urgence.

C’est la première fois qu’Imadis reproduit ailleurs le modèle qui nous permet de travailler depuis 2009 avec une grande exigence qualitative depuis notre centre de garde de Lyon. Toute notre expertise acquise depuis 10 ans à Lyon dans l’organisation d’un centre de garde téléradiologique et dans la gestion de l’imagerie d’urgence a été mise à profit dans la création du centre bordelais.

Quel est le modèle propre à Imadis ?

Imadis se fonde sur des spécificités marquantes. Nous avons fait le choix de nous consacrer aux urgences radiologiques, essentiellement en période de permanence des soins, c’est-à-dire la nuit et les week-ends. L’urgence radiologique, avec ce qu’elle implique de spécialisation et de challenge médical, se prête parfaitement à une télémédecine de qualité, car les équipes médicales ou paramédicale sur site peuvent être en interaction permanente avec l’équipe téléradiologique.

Le travail en équipe et l’émulation sont au cœur de notre projet : les médecins radiologues qui assurent la garde constituent chaque nuit une véritable équipe, avec entraide et échanges sur les dossiers médicaux. Leurs pratiques sont uniformisées.

Dès le début, Imadis a exclu que ses radiologues puissent travailler depuis leur domicile ou un cabinet extérieur. Notre fonctionnement est proche de celui d’un centre de régulation du SAMU, tant dans l’organisation en centre de garde dédié que dans le travail d’urgence.

Nous insistons naturellement sur l’ergonomie optimisée du poste de travail : les espaces de travail et de repos ont été conçus par des architectes spécialisés ayant l’expérience des salles de contrôle, du SAMU notamment. Tout doit être mis en place pour favoriser la concentration individuelle, tout en facilitant le travail en équipe.

Notre démarche qualité est aussi particulièrement exigeante : formation des radiologues, double lecture systématique des scanners des patients polytraumatisés, analyse quotidienne des marqueurs de qualité de rendu téléradiologique, suivi des informations de dosimétrie, réunions de morbi-mortalité (RMM) régulières, accompagnement des hôpitaux dans la réflexion sur la pertinence des actes…

Quel a été le développement d’Imadis depuis sa création il y a dix ans ?

Notre modèle répond, c’est certain, à un besoin lié au déficit de radiologues dans notre pays, mais aussi à une évolution de la médecine d’urgence qui est désormais une spécialité à part entière. La radiologie d’urgence évolue dans le même sens.

Imadis collabore aujourd’hui avec plus de 40 centres hospitaliers situées en France métropolitaine, à la Réunion et à Mayotte. 200 000 patients ont déjà bénéficié de nos services. Depuis 2018, nous avons accéléré ce développement avec la mise en place de 15 nouvelles collaborations. Ce développement restera volontairement qualitatif dans les années à venir.

Nous veillons tout particulièrement à notre implication dans la vie médicale. Avec des formations adaptées qui nous permettent de recruter des confrères parfaitement préparés à la radiologie d’urgence, nous élargissons notre cercle en permanence.

Par ailleurs, une démarche d’habilitation est en cours auprès de l’ARS (Agence régionale de santé) pour pouvoir recevoir des internes. Cela serait une façon de contribuer à la formation des futurs radiologues et urgentistes qui seront tôt ou tard confrontés à la télémédecine.

Enfin, comme nous souhaitons valider scientifiquement les pratiques médicales novatrices en place au sein d’Imadis, nous avons mis en place un département scientifique. Avec une première publication dans Radiology (1), qui a confirmé l’intérêt de la double lecture systématique des scanners des patients polytraumatisés, ce département est bien lancé.

Tout cela nous permet d’anticiper et même de contribuer aux évolutions en cours dans la médecine, qu’elles soient technologiques ou organisationnelles.

(1) Whole body CT in multi-trauma patients: factors leading to missed injury, Banaste N., Caurier B., Bratan F., Bergerot J.-F., Thomson V., Millet I., Radiology, Aug 7 2018

Laisser un commentaire