Part 2 : Ce que peut apporter la télémédecine dans le fonctionnement des GHT


Dr Pierre Simon,
Part- President Société Française de Télémedecine,
President Association Nationale de Télémedecine,
Consultant.

2) En permettant de rendre des avis à distance (téléexpertises), en particulier pour organiser la mutualisation des ressources médicales rares sans restreindre l’accès aux équipements. Les expériences déjà anciennes de téléexpertises inter-établissements (notamment en France l’expérience de la région Midi-Pyrénées entre 1996 et 2009 entre le CHU de Toulouse et les établissements de proximité de cette grande région) ont montré que le parcours de soins des patients au sein du territoire de santé était modifié par rapport à celui que l’on constate sans télémédecine.

Permettre à une médecin urgentiste ou un médecin polyvalent d’un petit établissement de proximité d’entrer en contact avec un médecin spécialiste de l’établissement support peut modifier complétement le parcours des patients au sein d’un territoire de santé. Suite à ce dialogue d’expertise entre médecins, le transfert de patients vers l’établissement support peut être évité une fois sur deux. A contrario, dans sa fonction apprenante, la téléexpertise permet aussi de corriger un premier diagnostic fait par le médecin urgentiste ou polyvalent. Il s’ensuit alors une indication de transfert vers l’établissement support, ce qui peut être interprété comme “une perte de chance” évitée (20% des téléexpertises inter établissements).

Le modèle économique de téléexpertise inter-établissements est nouveauIl importe de bien l’analyser pour mettre en place son organisation pérenne. Pour l’établissement support, la téléexpertise peut générer une diminution sensible de son activité, puisque 50% des transferts habituels venant des petits établissements peuvent être évités. Pour l’établissement de proximité, cette pratique est gagnante puisque plus de patients pourront être hospitalisés, quitte à être suivis ensuite pendant l’hospitalisation par des téléconsultations spécialisées effectuées par l’établissement support. L’établissement de proximité qui assure l’hospitalisation dispose alors dans le tarif de son GHS des ressources financières pour payer à l’établissement support les téléexpertises spécialisées, voire les téléconsultations avancées qui pourront en découler.   

863 Total Views 5 Views Today



864 Total Views 6 Views Today