La FHF IDF tire un premier bilan de la préparation du PRS2 – Partie 1


Photo Philippe SOULIE
Philippe SOULIE, délégué régional de la FHF Île-de-France

Depuis la loi du 26 janvier 2016 de modernisation du système de santé français, la FHF IDF a observé et accompagné une recomposition profonde de notre paysage médical. En deux ans, la mise en place des GHT a traduit une véritable stratégie de groupe publique. « Il existe aujourd’hui 15 GHT en Île-de-France réunissant quasiment la soixantaine de centres hospitaliers franciliens » rappelle Philippe Soulié, délégué régional (pas de e)  de la FHF Ile-de-France.

Et les défis à relever dans le cadre de cette réforme complexe sont multiples, notamment en raison des contraintes budgétaires et de planification par les ARS. « Le mauvais scénario serait en effet d’avoir un budget faible avec une planification rigide » souligne-t-il. « Ces regroupements, en cercles concentriques, exigent en effet une vraie mutualisation, du partage et une mise en cohérence des projets médicaux partagés qui en constituent le noyau dur, jusqu’ à la politique d’achats etc. Sans oublier les systèmes informatiques qui diffèrent d’un hôpital à un autre et qu’il faudra homogénéiser… ». « Tout cela est en cours de réflexion ou de mise en œuvre, mais il faut du temps et de la souplesse, y compris pour l’articulation avec le PRS ».

Alors que le premier projet régional de santé (PRS1) arrivera à son terme fin 2017, le PRS2 doit prendre la relève dès  2018, dans un cadre renouvelé. Pour Philippe Soulié, « le planificateur doit tenir compte de cette apparition de sous-ensembles, parce qu’il faut pouvoir  mettre en ordre de marche avant. » D’autant, rappelle-t-il, que « certains  hôpitaux peuvent a partir du GHT, poursuivre un chemin d’intégration pouvant les amener à fusionner ».

255 Total Views 3 Views Today



256 Total Views 4 Views Today