Financement des actifs technologiques : Une nouvelle ère s’ouvre


Christophe SICOT, président fondateur de Verso.

Des procédures d’achat longues, du matériel rapidement dépassé, une gestion complexe et chronophage…. La question de l’équipement des actifs technologiques est bien souvent source de contraintes dans les établissements hospitaliers. Depuis janvier 2017, une réforme du code des marchés publics a cependant changé la donne. Désormais, il est possible de louer ce matériel. Et des sociétés existent pour faciliter cette démarche…

Vers un changement de mentalités

Avant la réforme, pour changer son équipement médical, une seule solution : le crédit-bail, avec une option obligatoire d’achat à la clé. Les hôpitaux devaient donc passer par de longues procédures d’appels d’offres pour mise en concurrence ou par le biais de centrales d’achat publiques, sous condition de souscription.

Depuis 2017, les choses sont simplifiées. La location de ce matériel est autorisée. Finis donc les embarras liés à l’achat de ces actifs technologiques… Une petite révolution qui entérine un changement de mentalités. Comme dans les pays anglo-saxons ou en Europe du Nord, on paie maintenant « un droit d’usage et non un droit de propriété sur le matériel », comme le précise Christophe SICOT, président fondateur de Verso, une société qui accompagne les professionnels dans cette démarche.

Au plus près des avancées technologiques

L’intérêt de la location ? C’est l’assurance d’avoir le meilleur produit, au meilleur moment. Des structures comme Verso s’engagent en effet sur le montant de la reprise des équipements. Une mesure qui permet de renouveler le matériel par anticipation, sans avoir à patienter 10 ans pour qu’il soit amorti… Dans un domaine où les innovations sont légion, l’argument est de taille puisqu’il permet une performance accrue.

« L’objectif est de faire évoluer les établissements plus rapidement » détaille Christophe SICOT. La société propose donc un accompagnement dans la procédure de location mais aussi apporte un conseil dans le choix des équipements : « Nos équipes sont avant tout techniques afin de s’adapter au mieux aux spécificités de chaque hôpital ».

Un marché en pleine effervescence

Avec des références dans plus de 30 établissements hospitaliers (dont le CH de Montluçon et l’Institut Mutualiste Montsouris) et plus de 120 millions d’euros d’équipements médicaux attribués, Verso dispose d’un capital confiance certain en la matière. « Le but est de donner plus de liberté au professionnel de santé » affirme Christophe SICOT. Voilà pourquoi, en plus de l’accompagnement à la location, la société conseille les hôpitaux sur la durée d’amortissement optimale, sur le choix éventuel de technologies complémentaires et aborde également la question de la maintenance. En outre, « nous intégrons toute la partie gestion, avec un interlocuteur unique et indépendant. La redevance globale demandée au client prend en compte l’ensemble des coûts pour plus de visibilité ». A terme, Christophe SICOT souhaite étendre son offre au-delà de la mise à disposition de matériel et englober tout ce qui relève du service.

Et il y a de quoi être confiant en l’avenir. Ce nouveau mode de consultation est désormais favorisé par les centrales d’achat, signe que les perspectives s’annoncent favorables.

393 Total Views 5 Views Today



394 Total Views 6 Views Today