ESIA, une histoire de chaîne applicative


Julien Maitre, Business developper

Après avoir abordé la vision d’ESIA il y a deux semaines et la supervision des équipements biomédicaux la semaine dernière, nous aborderons pour notre dernier article comment ESIA supervise les couches hautes du modèle OSI, c’est-à-dire l’aspect applicatif.

S’il est évident que la supervision doit se porter sur tous les matériels connectés d’un établissement, on oublie souvent que tous ces équipements communiquent entre eux. Ils forment donc des chaînes composées de différents points essentiels. Chacun d’eux pouvant influencer un processus clé. C’est le concept de « Chaîne Applicative » au sein d’ESIA qui permet d’établir des corrélations entre différentes informations.

Pour illustrer nos propos, prenons l’exemple de l’imagerie médicale et d’un scanner. La chaîne applicative permet de connaître la bonne conduite de l’intégration de l’image de bout en bout. En d’autres mots, de la prise du cliché jusqu’à l’intégration dans le dossier patient. Si un seul point déterminant rencontre un problème, ESIA est capable de le remonter non seulement sur le matériel en question, mais aussi vous alerter que le processus de l’imagerie médicale n’a pas fonctionné.

 

Pour rendre cela possible, nous établissons avec notre partenaire les différents processus et étapes nécessaires à leur bon fonctionnement. De cette manière, nous pouvons tracer le « parcours » des informations clés au sein du réseau. Toujours dans le cas de l’imagerie médicale, cela revient à déterminer que le cliché transite par un ou plusieurs ports de switchs, puis par un serveur intégrant différents processus ou services et enfin arrive dans une base de données.

On peut naturellement se poser la question de la pertinence des alertes. En effet, il est probable que tous les problèmes rencontrés par une des étapes du processus n’influencent pas nécessairement le bon fonctionnement de la chaîne. Pour cette raison, ESIA vous permet de définir des alertes plus ou moins critiques ; impactantes ou non.

Par exemple, imaginons que le scanner présente une erreur de ventilateur (erreur Fan). Celle-ci a été déterminée comme critique pour l’équipement, mais non impactante dans le processus. Alors, vous recevrez une alerte pour le matériel, mais la chaîne applicative sera toujours indiquée comme fonctionnelle. Elle restera donc au vert. Cette distinction des alertes permettra d’avertir l’équipe IT en charge du scanner, mais pas les personnes uniquement intéressées par la disponibilité de l’imagerie médicale.

 

A contrario, si la base de données ne répond plus, ceci représente une alerte très critique pour la chaîne applicative. Cette dernière passera au rouge et les différents intervenants seront immédiatement prévenus. L’origine du problème est donc directement localisée, ce qui représente un gain de temps important.

Comme vous l’aurez compris, le concept de chaîne applicative au sein d’ESIA ne s’inscrit pas comme une fonction supplémentaire, mais bien comme une prolongation de l’approche d’ESIA de la supervision : une vision à 360° qui amène la bonne information au bon endroit.

2439 Total Views 1 Views Today



2440 Total Views 2 Views Today