En 2018, Fortinet table sur une recrudescence de “swarms” particulièrement destructeurs et dotés d’une capacité d’auto-apprentissage


Les cybercriminels tireront parti des innovations en matière d’intelligence artificielle et d’automatisation pour extorquer les services commerciaux, mettre sur pied des « essaims » (swarms) d’objets connectés piratés et cibler les infrastructures critiques.

Derek Manky, Global Security Strategist, Fortinet

« Notre économie digitale est le berceau d’une innovation technologique qui, si elle crée des opportunités pour la cybersécurité, présente néanmoins de réels risques. La prolifération des dispositifs connectés et l’hyperconnectivité actuelle nourrissent un environnement criminel particulièrement difficile à maîtriser. D’ailleurs, les cybercriminels tirent parti de l’automatisation et de l’intelligence artificielle à grande échelle, sur l’ensemble des vecteurs d’attaque. Les attaques comme WannaCry et NotPetya laissent présager des perturbations et des impacts économiques attendus dans un proche futur, avec, à la clé, la prise en otage de données et d’éléments de propriété intellectuels, voire la mise à l’arrêt des services commerciaux. Les frameworks de sécurité qui misent sur l’automatisation, une intégration étroite et une segmentation stratégique s’annoncent critiques pour déjouer les attaques intelligentes de demain. »

L’essentiel :

Fortinet® (NASDAQ: FTNT), le leader mondial des solutions de sécurité haute-performances, dévoile les prédictions de sécurité de ses chercheurs FortiGuard Labs pour 2018. Ces tendances révèlent les méthodes et stratégies qu’utiliseront les cybercriminels dans un futur proche et témoignent de l’impact potentiel des cyberattaques sur l’économie globale. Pour une présentation détaillée des prédictions pour 2018, rendez-vous sur notre blog. En voici néanmoins les principaux points :

La transformation digitale au service du bon grain, mais aussi de l’ivraie

Sur les deux prochaines années, nous assisterons à des vecteurs d’attaques qui continueront à se développer, tandis que la visibilité et le contrôle sur les infrastructures actuelles devraient diminuer. La prolifération des équipements en ligne accédant aux informations personnelles et financières, et la mise en réseau de quasiment tous les objets (les multiples dispositifs de l’Internet des Objets, les infrastructures critiques des automobiles, des maisons et des bureaux, jusqu’aux villes connectées) ont créé de nouvelles opportunités pour les cybercriminels et autres assaillants. Le marché de la cybercriminalité est véloce à adopter les innovations les plus récentes en matière d’intelligence artificielle pour lancer des attaques toujours plus efficaces.

Nous nous attendons à ce que cette tendance s’accélère en 2018, avec, à la clé, les résultats suivants :

  • L’avènement des Hivenets et Swarmbots autonomes : face à des attaques sophistiquées comme Hajime and Devil’s Ivy ou Reaper, nous nous attendons à ce que les cybercriminels remplacent leurs réseaux botnets par des hivenets, à savoir des clusters intelligents d’équipements piratés qui ciblent plus efficacement les vecteurs d’attaques. Les hivenets vont tirer avantage d’une compétence d’apprentissage autonome pour cibler les systèmes vulnérables à très grande échelle. Ils seront capables de communiquer entre eux et de prendre des décisions sur la base d’informations de veille en local qui sont partagées. De plus, les équipements piratés gagneront en intelligence et agiront sans instruction de la part de ceux contrôlant le botnet. Les hivenets pourront ainsi croître de manière exponentielle sous forme d’essaims (swarm), en multipliant leurs cibles et en empêchant les remédiations post-incident. Si les attaques n’utilisent pas encore la technologie swarm, cette dernière est néanmoins embarquée dans leur code : il est donc probable que, dans le futur, les assaillants intègrent un apprentissage autonome à ce type d’attaque. Des swarms d’équipements piratés identifieront et cibleront de manière simultanée différents vecteurs d’attaque, accélérant ainsi leurs exactions tout en en élargissant leur périmètre. Cette rapidité d’action pèsera lourdement sur la capacité à prédire les attaques, et donc à les combattre. FortiGuard Labs ont enregistré 2,9 milliards de tentatives de communication par des botnets sur seulement un seul trimestre de cette année, ce qui en dit long que le danger potentiel des hivenets et des swarmbots.

 

  • Le rançonnage des services commerciaux toujours plus lucratif : l’activité des ransomware a été 35 fois plus importante sur la seule année dernière avec les ransomworms et attaques similaires. Cette tendance devrait d’ailleurs se poursuivre, avec comme prochaine cible de prédilection des ransomware les fournisseurs de services cloud, dans l’objectif de générer toujours plus de revenus. Les réseaux complexes et hyperconnectés des fournisseurs cloud constituent un talon d’Achille pour des centaines d’entreprises, d’administrations, d’infrastructures critiques ou d’acteurs des soins de santé. Nous nous attendons à ce que les cybercriminels capitalisent sur des technologies d’Intelligence Artificielle et les associent à des méthodes d’attaques multi- vecteurs, ceci afin d’analyser, de détecter et d’exploiter les faiblesses des environnements des fournisseurs de services cloud. Ces attaques, particulièrement rémunératrices pour les organisations criminelles, peuvent interrompre les services à l’intention de centaines d’entreprises, avec un impact final sur des dizaines ou des centaines de milliers de

 

  • Malware polymorphe de nouvelle génération : nous assisterons rapidement à la genèse de malware conçus entièrement par des machines et sur la base d’une détection automatique de vulnérabilités et d’analyses complexes de données. Si le malware polymorphe n’est guère nouveau, il devrait néanmoins fortement évoluer. L’Intelligence Artificielle devrait permettre la mise en œuvre de processus définis par machine pour éviter toute détection. Face à l’évolution naturelle d’outils déjà existants, les assaillants seront capables d’affiner leurs exploits aux spécificités de chaque faiblesse identifiée. Les malware sont déjà capables d’utiliser les modèles d’apprentissage pour contourner la sécurité en place et produire plus d’un million de variantes de virus par jour. Mais, à ce jour, cette perspective est basée seulement sur un algorithme et il est difficile d’évaluer précisément le résultat. FortiGuard Labs a enregistré 62 millions de détections de malware sur un trimestre en 2017. Sur ce volume, nous avons assisté à près de 17 000 variantes liées à plus de 2 500 malware différents. L’automatisation croissante des malware rendra cette situation encore plus critique sur l’année à

 

  • Les infrastructures critiques en première ligne : les fournisseurs d’infrastructures critiques continuent à être des cibles privilégiées. Ces organisations opèrent des réseaux essentiels qui protègent des services et des informations critiques. Cependant, la majorité des infrastructures critiques et des réseaux industriels sont fragiles, puisqu’ils ont été conçus pour fonctionner de manière cloisonnée. Mais les attentes des collaborateurs et du grand public pour une réponse toujours plus rapide à leurs besoins ont commencé à faire évoluer ces réseaux, avec notamment le besoin d’une sécurité dédiée à des environnements conçus à l’origine pour être isolés. Face à l’importance de ces réseaux et aux conséquences potentiellement dévastatrices des piratages ou d’indisponibilités, les opérateurs d’infrastructures critiques se retrouvent désormais sous le feu d’organisations criminelles ou terroristes, voire d’états. L’audace des assaillants et la convergence des technologies opérationnelles et d’information rendent la sécurité des infrastructures d’autant plus critique pour 2018 et au-delà.

 

  • Le Darkweb et la cyberéconomie criminelle à l’origine de nouveaux services automatisés : le Darkweb évolue au rythme des mutations de la cybercriminalité. Nous nous attendons à l’émergence de nouvelles offres de services au sein du Darkweb, les fournisseurs d’outils de Crime-as-a-Service s’orientant vers des technologies d’automatisation. Nous assistons déjà à des services évolués proposés sur les marchés du Darkweb et utilisant l’apprentissage automatique (machine learning). À titre d’exemple, un service nommé FUD (Fully Undetected) permet aux développeurs de soumettre leur code logiciel et leur malware à ce service d’analyse, et ce, contre rémunération. Ils reçoivent, en retour, un rapport leur indiquant la propension des outils de sécurité de différents éditeurs à détecter ces malware. Pour accélérer le développement de malware, nous assisterons à l’utilisation du machine learning, capable de modifier le code à la volée sur la base de ce qui a été détecté en laboratoire, accentuant ainsi la furtivité des menaces. Les outils de sandbox tirent également parti du machine learning pour identifier des menaces inconnues et créer des mesures de protection en temps réel. Il est possible que cette approche soit automatisée et utilisée dans l’autre sens pour cartographier les réseaux, identifier de nouvelles cibles, déterminer les points faibles de ces cibles et même modéliser une cible pour mener une tentative d’intrusion virtuelle, une étape préliminaire à l’exécution d’une attaque personnalisée en environnement réel.

 

Garder une longueur d’avance sur les menaces : tendances et temps forts

Les cybercriminels jouent la carte de l’innovation en matière d’automatisation et d’intelligence artificielle, pour ainsi disposer d’outils qui pèseront lourdement sur l’économie digitale. Les solutions de sécurité doivent être bâties autour de technologies de sécurité étroitement intégrées, d’une veille décisionnelle sur les menaces et de frameworks de sécurité configurables et temps réel. La sécurité se doit d’être ultra-performante, avec une prise en charge automatisée des incidents, une veille sur les menaces et des capacités d’auto-apprentissage : c’est à ce titre que les réseaux sauront prendre des décisions efficaces et de manière autonome. Cette approche, si elle renforce la visibilité et des fonctions centralisées de gestion, permet également une segmentation stratégique pour intégrer en profondeur la sécurité au sein des infrastructures réseau. L’identification, le confinement et la prise en charge des équipements piratés sont ainsi accélérés. Cette sécurité s’attache également à lutter contre les attaques, sur différents écosystèmes, des endpoints et modules réseau en local et jusqu’au cloud. Enfin, les principes de base d’une sécurité pertinente doivent être intégrés dans nos protocoles de sécurité fondamentaux. Ce point est souvent oublié, mais il reste néanmoins essentiel pour limiter les conséquences délétères qu’il s’agit précisément de maîtriser.

Ressources supplémentaires

 

À propos de Fortinet

Fortinet (NASDAQ: FTNT) assure la sécurité des entreprises, fournisseurs de services et administrations parmi les plus grandes au monde. Fortinet apporte à ses clients une protection intelligente et transparente, véritable ligne de défense d’une surface d’attaque qui s’étend. Cette sécurité affiche des performances pérennes, adaptées à des réseaux décloisonnés. Seule l’architecture Security Fabric de Fortinet est capable de déployer une sécurité sans compromis pour relever les défis de sécurité les plus critiques au sein des environnements réseaux, applicatifs, cloud ou mobiles. Plus de 330 000 clients dans le monde font aujourd’hui confiance à Fortinet pour les protéger.

Pour en savoir davantage : http://www.fortinet.com, le blog Fortinet ou FortiGuard Labs.

fortinet
Annabelle Sou | EMEA PR Manager

Contact médias
Annabelle Sou
Fortinet, Inc.
+33 4 89 87 05 76
asou@fortinet.com

389 Total Views 7 Views Today



390 Total Views 8 Views Today