Diabeloop, un « pancréas artificiel » pourrait changer la vie des diabétiques


Exploding_System

Pour améliorer la qualité de vie des patients atteints du diabète de type 1, un groupe de médecins spécialistes en diabétologie a lancé en 2011 un projet de développement d’un pancréas artificiel. Ce dispositif dénommé Diabeloop qui combine l’insuline et le smartphone est actuellement testé sur 45 personnes dans 9 hôpitaux français. Découvrez le fonctionnement et les résultats des tests de ce logiciel conçu pour mieux gérer la glycémie.

Diabeloop : pour éviter les difficultés de régulation de la glycémie

Le nombre de personnes affectées par le diabète ne cesse de croître à travers le monde. 200.000 cas sont recensés actuellement en France. L’initiative de ces spécialistes est née d’une volonté de réduire la souffrance des patients et de leur permettre d’éviter leurs difficultés à réguler leur glycémie.

Cette pathologie exige quotidiennement, voire plusieurs fois par jour, que l’individu atteint prenne les bonnes décisions sur la dose adéquate d’insuline qu’elles doivent s’injecter. Si jamais elles se trompent dans leurs calculs et s’administrent trop d’insuline, elles s’exposent à une hypoglycémie pouvant engendrer un coma. Dans le cas contraire, si la dose est insuffisante, une hyperglycémie pourrait survenir avec toutes les complications qui y sont liées, comme une affection cardiaque ou rénale, la cécité ou encore une amputation d’un membre à cause d’une gangrène due au diabète.

Une fidèle reproduction des fonctions du pancréas

Diabeloop reproduit les fonctions du pancréas grâce à l’association de 3 appareils qui sont reliés par Bluetooth. Un capteur de glycémie placé sur la peau du patient envoie les données à un terminal, un smartphone doté d’une application incluant un logiciel complexe permettant de définir la meilleure dose d’insuline qui est ensuite communiquée à la pompe à insuline connectée. Parallèlement, les données sont transmises au service de suivi d’un centre de télémédecine dans le but d’améliorer les soins délivrés au malade sur le long terme.

Un logiciel complexe pour mieux gérer le diabète de type 1

L’algorithme complexe mis au point par des ingénieurs qui ont collaboré avec les diabétologues permet de calculer de façon permanente le taux de sucre du patient dans les deux heures qui suivent. Il définit, par anticipation, la quantité d’insuline à administrer. De cette manière, Diabeloop se charge de gérer la pathologie et le malade n’a plus à s’inquiéter sur un éventuel risque d’hypoglycémie ou d’hyperglycémie en cas d’erreur de dosage.

Les personnes affectées n’ont plus besoin de faire des calculs compliqués pour déterminer la dose adéquate d’insuline qui varie sans cesse en fonction de nombreux critères. Les repas pris, la tension nerveuse, l’activité physique, les heures de l’injection influent en effet sur la quantité à administrer. Il leur suffit de communiquer, via leur smartphone, la quantité de glucides ingérée durant les derniers repas et l’activité physique pratiquée dans la journée. À partir de ces données, l’appareil gère la maladie à leur place. En plus, l’algorithme est conçu pour se perfectionner au fur et à mesure de son utilisation. Les calculs sont affinés pour mieux correspondre aux besoins de la personne diabétique. Le résultat s’améliore au fil des jours.

En conclusion

Les tests effectués sur Diabeloop ont révélé que ce « pancréas artificiel » est d’une précieuse aide aux patients pour une meilleure gestion de leur glycémie. Il s’agit d’un logiciel fiable, nettement plus performant que les équipements qui existent déjà. Il sera disponible sur le marché avant décembre 2017.

14537 Total Views 9 Views Today



14538 Total Views 10 Views Today